GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    ONU: Antonio Guterres critique vertement le décret anti-immigration de Donald Trump

    media Antonio Guterres, le nouveau secrétaire général de l'ONU (ici à Addis-Abeba, en Ethiopie, le 30 janvier 2017). REUTERS/Tiksa Negeri

    Antonio Guterres, le nouveau secrétaire général de l’ONU, s’est adressé pour la première fois publiquement à Donald Trump. Il appelle le président à renoncer à son décret qui interdit temporairement aux ressortissants de sept pays musulmans, l’entrée sur le territoire américain. Une mesure « qui viole nos principes fondamentaux », a-t-il déclaré.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Donald Trump n’a toujours pas répondu au secrétaire général de l’ONU. Mais les relations s’annoncent compliquées entre les deux hommes. Antonio Guterres n’a pas fait mystère de son opposition à ce décret pour sa premiere apparition devant la presse

    « Ce n’est absolument pas la meilleure manière de protéger les Etats-Unis ou n’importe quel autre pays, et ce quelles que soient les inquiétudes, compréhensibles, concernant l’infiltration de terroristes. Donc ces mesures doivent être retirées aussi vite que possible », indique-t-il.

    Critiques contenues

    Parmi les mesures prises par Donald Trump, on trouve l’interdiction d’entrée aux Etats-Unis pour les Syriens, et cela sans limitation de durée. Antonio Guterres retrouve vite les accents de l’ancien Haut Commissaire aux réfugiés qu’il a été pendant plus de dix ans : « Les Syriens sont les réfugiés qui en ce moment même ont les besoins les plus urgents dans le monde. Donc j’espère de toutes mes forces que les Etats-Unis vont pouvoir remettre en place leur programme d’accueil des réfugiés. Et j’espère que les Syriens ne seront pas exclus de ce processus. »

    Le secrétaire général reste néanmoins très prudent dans ses critiques vis-à-vis de l’administration Trump. Les Etats-Unis sont le premier contributeur financier et  menacent de donner un tour de vis à l’ONU.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.