GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les déclarations de Donald Trump attisent les tensions internationales

    media Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 2 février 2017. REUTERS/Jonathan

    Israël n'est pas le seul pays à se trouver soudain dans la ligne de mire de Donald Trump. Le nouveau président américain a également lancé des avertissements contre la Russie ou encore l'Iran et s'est également fâché avec les gouvernements australien et mexicain.

    Deux semaines après son investiture, Donald Trump s'efforce de prendre ses marques sur la scène internationale. Le problème c'est que, comme l'écrit le site d'information Politico, en décrochant son téléphone le président sème le chaos diplomatique.

    Contre l'Iran par exemple, Donald Trump a pris un ton belliqueux. « Rien n'est exclu », a-t-il répondu à la presse à propos d'une action militaire contre Téhéran. Plus surprenant, la nouvelle administration s'en est aussi pris à la Russie. Alors que Donald Trump a fait du rapprochement avec le président Vladimir Poutine une priorité de sa diplomatie, l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, a condamné « les action agressives de la Russie en Ukraine ».

    Changement de ton aussi à l'égard du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dont le chef de la Maison Blanche a chanté les louanges jusqu'à présent.

     → A (RE)LIRE : Washington prend ses distances à propos des nouvelles colonies en Israël

    Mais ce sont peut-être les Australiens, traditionnels alliés des Etats-Unis qui ont été les plus surpris par Donald Trump lors qu'ils ont appris qu'il avait raccroché au nez à leur Premier ministre Malcom Turnbull. En cause, un accord d'immigration conclu avec l'ancien président Obama.

    Le malaise à Sydney a été tel que le sénateur républicain John McCain a du décrocher son téléphone pour rassurer l'ambassadeur australien à Washington.

    L'opposition démocrate quant à elle met en garde le président. Une diplomatie ne se fait pas avec des tweets et des coups de fils, a déclaré la sénatrice Jeanne Shaheen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.