GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Odebrecht: le parquet péruvien demande l'arrestation de l'ex-président Toledo

    media Alejandro Toledo, à Washington, le 17 juin 2016. L'ancien président péruvien est dans le collimateur de la justice, accusé d'avoir reçu plusieurs millions de dollars de pots-de-vin de l'entreprise de BTP brésilienne Odebrecht. Mandel Ngan / AFP

    Décidément, on n'a pas fini de parler du scandale Oderbrecht, du nom de l'entreprise brésilienne du bâtiment. Une affaire de corruption liée à celle de la compagnie pétrolière Petrobras et qui a des ramifications dans plusieurs pays d'Amérique latine. L'ancien président péruvien Alejandro Toledo est mis en cause, le parquet péruvien a demandé mardi 7 février son arrestation. Un juge doit examiner cette demande dans les 48 heures et si elle est acceptée, un mandat d'arrêt sera émis. D'autres chefs d'Etat en exercice sont également dans le collimateur de la justice dans le cadre du scandale Odebrecht.

    Odebrecht, le nom qui fait trembler les élites latino-américaines. Au cœur de l'affaire Petrobras, ce géant du BPT est soupçonné d'avoir distribué des pots-de-vin généreux pour obtenir des contrats.

    Quelque 77 anciens cadres de l’entreprise sont en train de passer aux aveux et il ne se passe pas un jour sans qu'il y ait de nouvelles révélations. La dernière en date: le président colombien Juan Manuel Santos, prix Nobel de la paix, est accusé d'avoir reçu un million de dollars pour le financement de sa campagne en 2014.

    Une somme qui paraît presque modeste par rapport aux soupçons qui pèsent sur l'ancien président péruvien Alejandro Toledo. Selon le procureur général qui a lancé un mandat d'arrêt contre Toledo, l'ex-président aurait reçu 20 millions de dollars pour avoir favorisé un contrat avec la société brésilienne. Un contrat qui portait sur la construction d'une partie de l'autoroute interocéanique.

    Alejandro Toledo, qui se trouve actuellement à Paris, est poursuivi pour blanchiment d'argent et trafic d'influence. Selon la presse péruvienne, la moitié des pots-de-vin versés par Odebrecht, 11 millions de dollars, serait allée directement dans ses poches. Si cela est confirmé, Toledo aurait trahi le pays, a déclaré l'actuel président Pedro Pablo Kuczynski. Elu l'année dernière, Kuczinski n'a pas hésité à demander à l’entreprise brésilienne de quitter le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.