GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 18 Juillet
Mercredi 19 Juillet
Jeudi 20 Juillet
Vendredi 21 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Otan, Crimée: fin de la lune de miel entre Donald Trump et les médias russes?

    media Photo d'archive: Vladimir Poutine aux côtés de Michael Flynn, ex-conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump lors d'une dîner pour le dixième anniversaire de la chaîne de tv Russia Today en décembre 2015. Mikhail Klimentyev/Kremlin/Reuters

    L'annexion de la Crimée par la Russie en 2014 avait jeté un froid sur les relations entre la Russie et les Etats-Unis. Le nouveau président américain avait promis de rétablir de bonnes relations avec le Kremlin, mais les récents propos du président Trump sur l'Otan et sur la Crimée ont jeté un froid en Russie. La presse russe s’interroge.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Les manœuvres de l'Otan en mer Noire et les propos de Donald Trump invitant la Russie à rendre la Crimée à l'Ukraine ont comme réveillé les Russes de leur rêve de rapprochement avec les Etats-Unis.

    Le journal populaire Komsomolskaia Pravda rappelle que, pendant la campagne électorale, Donald Trump avait déclaré l'Otan obsolète et inutile alors que maintenant, il lui apporte son soutien.

    Pour le député Slutsky, toute tentative de rallumer le débat sur le retour de la Crimée à l'Ukraine sera considéré comme une violation de l'intégrité territoriale de la Russie. « Est-ce que Trump a changé d'avis concernant l'amélioration des relations avec la Russie ? », s'interroge le journal MK.

    Vedomosti se demande comment on a pu y croire au point de lever son verre à la victoire de Trump. Trump est sans doute sous la pression des faucons de Washington, écrivent les Izvestia qui, pour cette raison, pensent qu'il faut être patient.

    En tout cas, c'en est fini de la « Trumpophilie » des médias russes. En janvier le président américain a été cité plus souvent que le président russe et des nationalistes ont même organisé une manifestation contre le culte de Trump dans les médias russes.

    → à (ré)écouter : Politique extérieure russe en 2017, quels horizons ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.