GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: Hispanique et proche d'Obama, Tom Perez prend la tête des démocrates

    media Tom Perez a été élu à la tête du parti démocrate, à Atlanta, le 25 février 2017. REUTERS/Chris Berry

    Réunis à Atlanta, les démocrates américains ont élu ce 25 février leur nouveau chef, Tom Perez, un Hispanique de 55 ans. Ce représentant de l'establishment du parti a tendu la main à l'aile gauche du parti en nommant numéro deux son concurrent, Keith Ellison. Même si ce rôle n'est pas prévu par les règles du parti, Tom Perez pourrait se retrouver à prendre la tête de l'opposition à Donald Trump.

    Les démocrates américains ont élu samedi 25 février à Atlanta leur nouveau leader, Tom Perez. Originaire de République dominicaine, Tom Perez, ancien secrétaire au Travail d'Obama, devient, à 55 ans, le premier Hispanique à prendre la tête du parti. Sa feuille de route est claire: contrer le président Donald Trump et réorganiser le parti pour revenir dans la majorité en 2018 et 2020.

    « L’Amérique n’est l’Amérique, vraiment l’Amérique, que lorsque chacun reçoit son juste dû, et pas assez de gens le reçoivent. Nous voulons nous assurer que notre économie et notre pays profitent à tous, et pas seulement aux plus fortunés », a lancé le nouveau chef des démocrates, dont le premier objectif va être de renouer le dialogue avec un électorat qui s'est senti abandonné par le parti.

    Appel à l'unité

    Barack Obama a immédiatement salué l'élection de son ami, se disant convaincu qu'il saurait rassembler sa famille politique et « faire émerger une nouvelle génération de leaders ». Elu avec 235 voix sur 435 votants, Tom Perez, représentant l'establishment démocrate, affrontait Keith Ellison, élu noir du Minnesota devenu musulman, qui avait, lui, le soutien de Bernie Sanders et des progressistes.

    Ces derniers ont gardé un mauvais souvenir de la façon dont Bernie avait été traité par le comité national accusé d’avoir favorisé Hillary Clinton. Pour effacer cette mauvaise rancune, le premier geste de Perez a donc été de faire approuver immédiatement son rival comme vice-président du comité. Et de lancer un appel à l’unité, rapporte notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet.

    Tom Perez a souligné qu'il s'agissait d'un moment à part dans l'histoire de son parti que les Américains étudieraient dans plusieurs années. « Ils nous demanderont : où étiez-vous en 2017 lorsque nous avions le pire président de l'histoire des Etats-Unis? Et nous serons capables de répondre que nous avons rassemblé le parti démocrate et que ce président n'a fait qu'un mandat ».

    Affronter Trump

    Le président du parti n'a pas la même fonction aux Etats-Unis que dans d'autres démocraties. Il n'est pas traditionnellement le visage de l'opposition, un rôle plutôt dévolu aux chefs de groupes au Congrès, et ne fixe pas à lui seul les grands axes du parti.

    Mais après la défaite d'Hillary Clinton, cette élection a suscité une attention particulière. Beaucoup de militants veulent que le nouveau chef porte la contradiction à Donald Trump de façon plus médiatique et plus forte.

    Durant les débats, Tom Perez comme Keith Ellison ont souligné que leur parti devait retisser le lien perdu avec les classes populaires et les travailleurs, notamment blancs, dont beaucoup ont été séduits par le discours populiste de Donald Trump en novembre.

    A (re)lire → Le parti démocrate américain peut-il se réinventer en élisant un nouveau chef?

    Philip Golub: «Tom Perez est une figure plutôt consensuelle, de centre-gauche, et qui -à mon sens- sera capable d'unifier le parti démocrate autour d'un agenda économique et social qui réponde aux aspirations de justice sociale des Américains»

    Philip Golub, professeur de relations internationales à l'Université américaine de Paris.

    26/02/2017 - par Tudor Tepeneag Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.