GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Juin
Dimanche 25 Juin
Lundi 26 Juin
Mardi 27 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 29 Juin
Vendredi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Accusant Obama de l'avoir mis sur écoute, Trump ordonne une enquête

    media Les présidents Obama et Trump lors de l'investiture de ce dernier, le 20 janvier 2017. REUTERS/Carlos Barria/File Photo

    Face aux soupçons de collusion avec la Russie, Donald Trump riposte. Le président des Etats-Unis a décidé de s'attaquer à son prédécesseur, qu'il accuse de l'avoir placé sur écoute à la fin de la campagne électorale. Après ses tweets explosifs en ce sens, il est passé à la vitesse supérieure. Dimanche 5 mars, il a ainsi demandé au Congrès qu'il détermine, dans le cadre de ses enquêtes sur l'ingérence de Moscou, si l'administration précédente à la Maison Blanche n'aurait pas outrepassé ses pouvoirs.

    Avec notre correspondant aux Etats-Unis,  Grégoire Pourtier

    Dimanche, James Clapper, ex-chef du renseignement américain, a assuré qu'« aucune opération d'écoute n'avait été mise en œuvre », tout en précisant qu'à l'époque où il était responsable, aucune preuve de collusion entre l'entourage de Donald Trump et la Russie n'avait pu être apportée.

    Mais le nouveau président américain reste bien décidé à démontrer qu'il a été victime de pratiques illégales lors de sa campagne électorale. « Les rapports concernant des enquêtes aux motivations politiques potentielles sont très inquiétants », a martelé le porte-parole de la Maison Blanche, sans toutefois donner plus d'éléments concrets permettant, au moins, de confirmer les écoutes.

    Dans quel cadre la Trump Tower aurait-elle pu être placée sur écoute ?

    Ce que l'on sait, c'est que les services de renseignement américains sont convaincus de l'ingérence de Moscou, et qu'ils se sont un temps intéressés de près, et sans résultats probants, à des échanges nourris entre la Trump Organization et une banque russe. Mais concernant Obama, les juristes sont formels : le président américain n'a pas le pouvoir pour ordonner lui-même la surveillance d'un citoyen américain.

    En revanche, une cour spéciale, discrète et puissante, existe pour enquêter sur les manœuvres de forces étrangères aux Etats-Unis, et elle aurait eu les moyens de placer la Trump Tower sur écoute. Mais si elle l'a fait, c'est qu'elle disposait alors d'éléments tangibles, et ce n'est donc guère rassurant pour Donald Trump.

    → À relire : L'accusation de Trump à l'encontre d'Obama, une stratégie à double tranchant

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.