GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juillet
Samedi 22 Juillet
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juillet
Jeudi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Décès du chanteur et écrivain chilien Angel Parra

    media Angel Parra lors d'un concert donné à la fête de l'Humanité près de Paris, en 2003. Joël SAGET / AFP

    Il était chanteur, compositeur, musicien, écrivain et engagé jusqu’au bout. Le Chilien Angel Parra a succombé à un cancer ce samedi, à l'âge de 73 ans. Cette figure communiste emblématique de la diaspora du Chili s’était exilé en France dans les années 1970 où il a passé plus de la moitié de sa vie.

    L'amour pour la musique, Angel Parra le découvre grâce à sa mère, la chanteuse Violeta Parra, véritable icône du Chili avec qui il collectionne des chansons populaires. L'engagement politique, il le tient de son père, dirigeant communiste et conducteur de locomotive.

    C'est cet engagement qui l'amène en prison, au lendemain du coup d'Etat militaire de Pinochet en 1973. Il s'exile alors au Mexique, puis en France où il sortira plus tard un disque en hommage au socialiste Salvador Allende.

    Il écrit des livres engagés

    Mais Angel Parra n'est pas seulement guitariste, chanteur et compositeur. Il écrit des musiques de film et de ballet, mais aussi des livres engagés, dont Bienvenue au Paradis dans lequel il se fait porte-parole des exilés de son peuple.

    « Il y a toujours cette idée "je suis, mais je suis pas". Parce qu'il y a eu 1,2 million Chiliens qui ont quitté le pays, dû à l'exil. Alors, je suis un tout petit peu de chaque Chilienne et Chilien, des histoires que j'entends ; c'est pas moi, mais au fond, c'est moi », expliquait-il.

    Ironique

    Jamais de pathos, beaucoup d'ironie, son dernier livre traduit en français il y a deux ans est une déclaration d'amour à ses deux patries, la France et le Chili.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.