GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Chambre des représentants américains condamne les «commentaires racistes» de Trump
    • France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    Amériques

    L'ONU inquiète pour ses programmes après l'annonce du budget américain

    media Le siège des Nations unies (ONU), à New York, Etats-Unis. (CC)/Flickr.com/Wikipédia

    Dans les couloirs de l'ONU, on était un peu sous le choc jeudi 16 mars, après l'annonce du projet de budget américain. L’administration du président Donald Trump prévoit en effet de réduire drastiquement son apport aux Nations unies, dont il est le plus gros contributeur. Même si les chiffres sont encore à préciser, le document rendu public est en effet clair : les Etats-Unis veulent diminuer leur financement des programmes de l’organisation, et notamment ceux concernant les opérations de maintien de la paix. Quant aux programmes relatifs au changement climatique, il ne faudra plus qu’ils comptent sur un seul dollar américain. Toutes les agences onusiennes sont en tout cas inquiètes.

    Le prochain budget américain est loin d'être définitif, a rappelé jeudi Stéphane Dujarric. Commençant par remercier les Etats-Unis pour leur immense contribution apportée depuis toujours, le porte-parole d'Antonio Guterres, le chef des Nations unies, n'a cependant pas caché son inquiétude, rapporte notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

    Pour lui, l'ONU doit certes évoluer, mais il est dangereux de brusquer le processus. « Le secrétaire général est résolument engagé pour réformer l'ONU et veiller à ce que tout soit fait pour que l'organisation accomplisse ses missions et fournisse des résultats de la manière la plus efficace et la plus rentable possible. Cependant, des coupes abruptes de financement peuvent forcer l'adoption de mesures ponctuelles qui pourraient saper l'impact des efforts de réforme à plus long terme », a-t-il souligné.

    L'ONU indique qu'elle comprend et soutient la volonté des Etats-Unis de lutter contre le terrorisme, mais précise que les seuls moyens militaires ne sont pas suffisants, et qu'il est fondamental de s'appuyer aussi sur la diplomatie, le développement, les droits de l'homme par exemple.

    Surtout, les Etats doivent se serrer les coudes plutôt que de se replier. « La communauté internationale est confrontée à d'énormes défis mondiaux qui ne peuvent être résolus que par un système multilatéral fort et efficace, dont l'ONU reste le pilier fondamental », a-t-il rappelé.

    Les Etats-Unis, eux, en sont le principal bailleur, et de fait, l'un des membres les plus influents. Les voir prendre leurs distances ne fragilise ainsi pas seulement le budget de l'ONU, mais l'institution en général.

    La Maison Blanche assume les coupes

    « Le département d'Etat va faire des économies, mais il sera plus efficace », a de son côté promis le secrétaire d'Etat Rex Tillerson jeudi. 30% du budget de l'institution devrait être supprimé, si ce budget est adopté. Et en conséquence la part américaine aux Nations unies, qui diminuerait de moitié, note notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio.

    Au moment où le monde est confronté, selon l'ONU justement, à la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale, comment la Maison Blanche assume-t-elle les coupes claires annoncées dans la coopération ?

    « Rien de tout ça ne doit surprendre ceux qui ont suivi la campagne ! Le président a dit des centaines de fois : je vais dépenser moins d'argent sur les gens à l'étranger, et plus d'argent chez nous. C'est exactement ce que nous faisons avec ce budget », a rappelé Mick Mulvaney, directeur du budget.

    Le projet de budget du président Trump est en tout point fidèle à ses promesses de campagne. Des milliers de postes de fonctionnaires devraient être supprimés, dans le but avoué de « nettoyer le marigot ». Et cela devrait satisfaire son électorat. Toutefois, ce projet de texte n'est qu'une profession de foi. Car le budget doit être voté par le Congrès, tout-puissant en la matière. Les arbitrages vont occuper les parlementaire et la Maison Blanche pendant des mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.