GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
Vendredi 26 Mai
Samedi 27 Mai
Aujourd'hui
Lundi 29 Mai
Mardi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Donald Trump accuse Berlin d'être mauvais payeur et Londres d'espionnage

    media Les deux chefs d'Etat, Angela Merkel et Donald Trump, lors de leur conférence de presse commune le 17 mars. REUTERS/Jonathan Ernst

    En l'espace de quelques jours, Donald Trump a irrité deux des principaux alliés des Etats-Unis: le Royaume-Uni et l'Allemagne. Continuant d'affirmer, sans jamais fournir de preuves, qu'il a été mis sur écoute par son prédécesseur pendant la campagne électorale, il accuse Londres de l'avoir espionné pour le compte d'Obama.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Jeudi 16 mars, le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer cite un commentateur de Fox News qui déclare que l'ancien président a utilisé un sous-traitant étranger pour mettre sur écoute le magnat new-yorkais: « Il n'a utilisé ni la NSA, ni la CIA, ni le FBI ou le département de la justice, Il a utilisé le GCHQ, l'agence de renseignement britannique. »

    Londres proteste et qualifie ces accusations de ridicules. La Maison Blanche fait marche arrière, mais Trump loin de s'excuser, rallonge la sauce lors de sa conférence de presse avec Angela Merkel. Celle-ci ne sera pas mieux traitée que les Britanniques.

    Surprenante critique

    Vingt-quatre heures à peine après l'avoir reçue, il l'accable dans deux tweets pour ne pas payer assez pour la défense très puissante et très coûteuse que les Etats-Unis fournissent à l'Allemagne. Surprenante critique après avoir remercié la veille la chancelière pour l'engagement qu'elle avait pris d'augmenter les dépenses militaires avec pour objectif d'atteindre 2% du PIB.

    Réaction consternée d'un ancien ambassadeur américain auprès de l'Otan, Ivo Daalder: « l'engagement des Etats-Unis dans l'alliance est lourd, mais ce n'est pas pour faire plaisir à l'Europe. C'est pour notre propre sécurité. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.