GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: l'agence de protection des consommateurs dans le viseur de Trump

    media Donald Trump devant la Maison Blanche, à Washington le 19 mars 2017. REUTERS/Joshua Roberts

    L'administration Trump s'en prend à l'agence de protection des consommateurs mise en place après la crise des subprimes par Barack Obama. Après la remise en cause de l'obligation faite aux banques d'agir dans l'intérêt des clients, c'est une nouvelle phase de la politique de dérégulation de la finance voulue par la Maison Blanche.

    Trop de pouvoirs, un patron à l'abri des ingérences politiques, un budget hors de contrôle : l'administration Trump ne voit que des défauts à cette agence créée en 2010 pour protéger les emprunteurs contre les abus des institutions financières.

    Selon le ministère de la Justice, cette agence de protection des consommateurs serait même inconstitutionnelle, car son directeur ne peut être renvoyé par le président, comme c'est le cas pour les administrations fédérales.

    Attaque de plus

    Le ministère a apporté son soutien à un organisme de crédit hypothécaire en conflit avec l'agence. Il s'agit là d'une attaque de plus contre les garde-fous mis en place afin d'éviter que se renouvelle une crise financière du type de celle de 2008.

    Mais le président Trump s'est engagé à rendre le plus de liberté possible aux banques et institutions financières. Or, depuis sa création, l'agence de protection des consommateurs a obtenu 12 milliards de dollars de dédommagements en faveur de plus de 27 millions de ménages poussés à la faute par l'octroi de crédits inconsidérés et peu transparents.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.