GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Dimanche 24 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 26 Septembre
Mercredi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Scandale de la viande avariée au Brésil: des marchés-clés sanctionnent

    media Les informations sur la corruption et la vente de viande avariée au Brésil ont mis la planète en alerte. RFI/François Cardona

    Au Brésil, après le scandale de la viande avariée, c’est le temps des sanctions. L’Union européenne et surtout la Chine ont imposé des restrictions sur les exportations brésiliennes de viande. Mais la liste pourrait encore s’allonger et le Brésil craint un « désastre » pour la filière de la viande.

    Avec notre correspondant à Sao Paulo,  Martin Bernard

    Blairo Maggi ne cache pas son inquiétude. Le ministre brésilien de l’Agriculture tente de convaincre ses interlocuteurs que la fraude sur la viande avariée était limitée à la vingtaine d’établissements déjà identifiée par la police fédérale. Mais il reconnaît que le scandale pourrait devenir un véritable « désastre » si le Brésil était frappé d’un embargo commercial prolongé.

    Déjà, l’Union européenne a suspendu les importations des entreprises impliquées, ainsi que la Corée du Sud, tout comme le Chili. Mais c’est surtout la Chine qui a adopté les sanctions les plus sévères, avec le refus de laisser entrer sur son territoire tous les conteneurs de viande brésilienne. La Chine est un des gros clients de viande brésilienne, avec des contrats de près de 2 milliards de dollars l’an dernier.

    L’offensive diplomatique de Michel Temer n’a donc guère produit de résultats. Le président brésilien avait tenté de minimiser l’affaire, et avait invité les diplomates en poste à Brasilia à déguster avec lui de la viande brésilienne, dans un restaurant de la capitale. Mais les informations sur la corruption et la vente de viande avariée au Brésil ont bien mis la planète en alerte.


    La Chine, un marché gigantesque

    Avec notre correspondante à Shanghai,  Angélique Forget

    C’est sans doute le coup commercial le plus rude porté aux exportateurs de viande brésilienne. Avec plus d’un milliard de consommateurs potentiels, la Chine représente un marché gigantesque. Mais jusqu’à nouvel ordre, aucune viande importée en provenance du Brésil ne sera déchargée sur le sol chinois.

    Une mesure de précaution, fait savoir Pékin, alors que la Chine vient il y a 2 ans à peine de lever l’embargo sur celles-ci. En 2012, après la détection d’un cas isolé de viande atteinte de maladie de la vache folle, la Chine, dont le protocole pour l’importation de ces produits est très rigoureux, avait suspendu tous ses achats de viandes en provenance du Brésil.

    C’est le Premier ministre chinois Li Keqiang en visite à Brasilia en 2015, accompagné de membres de son gouvernement, qui avait levé l’embargo et qui avait permis de faire repartir à la hausse les exportations.

    L’année dernière, près d’un tiers des exportations de viande brésilienne l’était à destination de la Chine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.