GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Tous trois sont récompensés pour leurs travaux sur «l’allègement de la pauvreté globale», informe le comité Nobel ce lundi. «En deux décennies, leur approche basée sur les expérimentations ont transformé l’économie du développement, qui est maintenant un champs de recherche florissant», explique l’Académie royale des sciences suédoise.

    Amériques

    Equateur: Lenin Moreno, ce drôle de président dont on sait peu de choses

    media L'héritier de Rafael Correa, Lenin Moreno, devient président de la République d'Equateur avec 51,16% des voix au second tour. Mariana Bazo/Reuters

    Affable, conciliant, drôle… Les collaborateurs du nouveau président équatorien ne tarissent pas d’éloges à son endroit. Là où son prédécesseur, Rafael Correa, avait le verbe haut et le coup de gueule facile, son héritier, Lenin Moreno, s’il s’inspire du socialisme du XXIe siècle, devrait mettre en place un gouvernement au style plus policé. Mais de nombreuses incertitudes planent encore sur la personnalité du nouveau chef de l’Etat et les politiques qu’il prévoit de mettre en œuvre.

    « C’est d’une certaine manière un inconnu qui dirige à présent l’Etat équatorien », attaque le politologue Santiago Basabe. « La meilleure stratégie de sa campagne a été de ne pas apparaître dans les médias », poursuit le professeur de sciences politiques de la faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO) d’Equateur, peu amène envers son nouveau président.

    Lenin Moreno a notamment refusé de participer au débat qui opposait les candidats du premier tour à l’élection présidentielle, estimant que cinq des thèmes proposés auraient permis aux autres débatteurs de formuler une « attaque infondée contre le gouvernement et (sa) candidature ». Parmi ces thèmes, la politique fiscale, la corruption ou la liberté d'expression. Lui qui porte le bilan de Rafael Correa, dont il a été le vice-président de 2007 à 2013, évoque, à propos de ces thèmes, un « parti pris clair » à son encontre.

    Cette discrétion médiatique n’a pas empêché 51,16% des votants équatoriens de propulser l’homme de 64 ans, marié et père de trois filles, à la fonction suprême. Un score plus serré que ce que pouvait espérer son parti, l’Alliance Pays. En trois élections présidentielles, son prédécesseur Rafael Correa a été élu deux fois dès le premier tour : un exploit que n’a pas su reproduire Lenin Moreno, puisqu’il n’a pas atteint (de peu) la barre des 40% lors du premier scrutin, le dimanche 19 février.

    Politisation à l’extrême gauche

    Lenin Boltaire Moreno : un premier prénom (prononcer Lénine) donné par son père, un second (Voltaire, mal orthographié), venu du côté de sa mère. « Papa avait des idées socialistes, et maman avait des idées libérales », résume ce fils d’instituteurs. Aujourd’hui, le politologue Simon Pachano décrit Lenin Moreno comme « à gauche en termes économiques, mais conservateur quant aux valeurs ».

    Pourtant, au vu de son parcours, le nouveau président équatorien semble avoir fait son choix. Etudiant, il milite notamment auprès de la gauche révolutionnaire. Comme il l’explique dans un clip de campagne aux allures de documentaire autobiographique (en espagnol), cet activisme vaut à Lenin Moreno de ne pas obtenir de renouvellement de son inscription en psychologie et en médecine. Il finit tout de même diplômé en administration publique auprès de l’université de Quito.

    Après un bref passage par le monde de l’entreprise – via la création de revues spécialisées, il cherche à promouvoir l’Equateur à l’étranger – Lenin Moreno voit sa vie basculer en 1998. Il est victime d’un vol à main armé, qui se solde par une balle dans le dos : le futur président équatorien devient paraplégique.

    De l’Amazonie à l’ONU

    Il rejoint ainsi Théodore Roosevelt dans la courte liste des personnes handicapées à occuper la fonction suprême. La particularité de Lenin Moreno : il lutte contre la maladie et la douleur avec le sourire. Littéralement, puisque l’on doit à l’intéressé plusieurs livres sur les bienfaits de l’humour dans la vie de tous les jours : Théorie et pratique de l’humour, Ris, ne sois pas malade… Outre le pardon qu’il prône (et dit avoir accordé à ses agresseurs), Lenin Moreno s’est fait le chantre du sourire comme remède à tous les maux : « L’humour c’est bon pour la santé, c’est pour ça que les médecins n’en prescrivent pas. »

    Plus que pour ses livres, c’est surtout pour les programmes sociaux qu’il a initié que les Equatoriens connaissent leur nouveau président. En 2001 il prend la tête du Centre national des handicapés. Six ans plus tard, Rafael Correa, qui brigue alors son premier mandat, propose la vice-présidence à ce parfait inconnu du grand public. Pour ses contempteurs, c’est une nomination symbolique, visant à se rapprocher des publics indigènes – dont Lenin Moreno s’est toujours dit très proche – et handicapés.

    Lenin Moreno (à droite) célèbre la victoire avec son colistier Jorge Glas, déjà vice-président sous Rafael Correa. Mariana Bazo/Reuters

    Son principal fait d’arme à la vice-présidence : la création de la mission Manuela Espejo, aujourd’hui déclinée dans plusieurs pays. L’objectif est de recenser le nombre de personnes physiquement ou psychiquement handicapés, pour permettre ensuite leur accompagnement et leur insertion dans la société. Cela a valu à Lenin Moreno une nomination pour le Prix Nobel de la Paix, en 2012. A défaut d’en être lauréat, il obtient un poste de conseiller sur les questions de handicap auprès du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. « Un poste créé à la demande du gouvernement équatorien et pas sollicité par l’organisation internationale », insiste le politologue Santiago Basabe.

    « Moreno ne tiendra pas les rênes du pays »

    En octobre 2016, Lenin Moreno démissionne de ce son poste onusien pour se lancer dans la course présidentielle, qu’il est aujourd’hui assuré d’avoir gagné. Mais pour le politologue Franklin Ramirez, « Lenin Moreno génère confusion, incertitude (…) Son message n’a pas été très clair. »

    Même diagnostic pour Santiago Basabe : « On en sait très peu sur positions économiques, politiques, comment il comprend la relation entre l’Etat et la société. » Quand il était vice-président, Lenin Moreno s’est occupé avec brio de la question du handicap, mais sera-t-il capable de développer un programme plus large pour le développement du pays ? Le doute demeure.

    Animal politique atypique, Lenin Moreno pourrait, selon l’opposition, occuper le poste de président sans en remplir les fonctions. « On peut penser qu’il y aura un accord tacite, et que Moreno ne tiendra pas les rênes du pays », renchérit Santiago Basabe. Selon le professeur de la FLACSO, c’est surtout la garde rapprochée de Correa qui mettra en œuvre des politiques dans la continuité du socialisme du XXIe siècle.

    Les proches de Lenin Moreno parlent volontiers de sa bonne humeur, des blagues qui émaillent ses discours, de sa tendance à privilégier le dialogue. Pas de doute que son style détonnera par rapport à celui de son prédécesseur. « Il ne sera pas aussi belliqueux et autoritaire que Rafael Correa », pronostique Santiago Basabe. Le futur ex-président équatorien, qui décrit son héritier comme quelqu’un d’« affable et conciliant », doit lui remettre les clés du palais de Carondelet le 24 mai. Il a affirmé que l’arrivée de son successeur était préparée de longue date : « Nous laisserons la table mise », a promis Rafael Correa. Reste à savoir à quelle sauce Lenin Moreno sera mangé.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.