GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Janvier
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 23 Janvier
Mercredi 24 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les dirigeants de la gymnastique américaine démissionnent après un scandale sexuel (officiel)
    • Etats-Unis: les démocrates acceptent un compromis pour mettre fin au «shutdown» (sénateur)
    • Emissions de gaz à effet de serre: la France n'a pas tenu ses objectifs en 2016 (chiffres officiels)
    • Prisons françaises: les syndicats de surveillants appellent à poursuivre le blocage mardi
    • Prisons françaises: les négociations entre syndicats et ministère de la Justice se poursuivront mardi (Nicole Belloubet)
    • Syrie: 54 combattants kurdes et rebelles pro-turcs tués dans la bataille d'Afrin (OSDH)
    • RCA: le leader anti-balaka, le général Andilo, condamné aux travaux forcés à perpétuité
    • France/Usine Toyota d'Onnaing: Macron évoque un investissement de 300 millions d'euros
    • Afrique du Sud: l'ANC confirme «discuter» du départ anticipé du président Jacob Zuma sans lui fixer cependant de «date butoir»
    • Les Etats-Unis ne «permettront jamais» à l'Iran d'avoir l'arme nucléaire, déclare Mike Pence à Jérusalem
    Amériques

    Etats-Unis: l'Arkansas prévoit d'exécuter sept prisonniers en dix jours

    media Une chambre d'exécution aux Etats-Unis. Erik S. Lesser / Getty Images

    Après une interruption de 12 ans, l’Arkansas se prépare à mener une série d’exécutions. Il y en aura sept entre le 17 et le 27 avril. La raison : la date de péremption de l'une des trois drogues utilisées pour exécuter les condamnés.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    La majorité des exécutions aux Etats-Unis se fait par une injection létale de trois drogues dont l'une est un sédatif - le midazolam - qui permet en principe au condamné de ne pas sentir la douleur. Or, les stocks de cette drogue que l'Arkansas a en réserve atteindront leur date de péremption à la fin du mois.

    Les autorités, ne voulant pas utiliser un médicament qui aurait perdu de son efficacité, ont donc décidé d'accélérer les exécutions avant sa date d'expiration. Sept criminels, trois blancs, quatre noirs, tous condamnés pour meurtre, doivent être exécutés au rythme de deux par jour dans les prochaines semaines.

    Pas le choix

    Le gouverneur, mal à l'aise, a expliqué qu'il n'avait pas le choix, car il fallait tenir compte du besoin pour les familles des victimes de s'assurer que justice soit faite. Les laboratoires européens, opposés à la peine de mort, refusent souvent de fournir le sédatif aux prisons américaines.

    Plusieurs Etats envisagent le retour à la chaise électrique, à la chambre à gaz, ou au peloton d'exécution. Depuis que la peine de mort a été rétablie en 1976, il y a eu 1 448 exécutions, mais son application est devenue au fil des années de moins en moins populaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.