GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Corée du Sud: inquiétude sur une éventuelle frappe américaine en Corée du Nord

    media Le porte-avions Carl Vinson (ici le 30 janvier 2017) a pris la route de la péninsule coréenne, samedi 8 avril 2017, accompagné de sa flotte et de son escadron aérien. Mass Communication Specialist 3rd Class Tom Tonthat/Handout via

    Un porte-avions américain fait route vers les côtes coréennes, un « message fort » envoyé par l'administration de Donald Trump à l'intention du régime nord-coréen, qui s'apprêterait à procéder à un nouvel essai nucléaire souterrain. Ce mardi, le président Trump s'est déclaré prêt à «résoudre le problème» nord-coréen sans l'aide de la Chine. Après l'attaque d'un aéroport militaire en Syrie, la semaine dernière, beaucoup, en Corée du Sud, s'inquiètent quant à une possible frappe préventive américaine qui viserait la Corée du Nord. Pyongyang, de son côté, refuse de se laisser intimider et se dit prêt à répondre par la force.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias.

    La Corée du Nord se livre à ses rodomontades habituelles : elle se dit prête à la guerre et elle qualifie de provocation « insensée » l'envoi de ce porte-avions américain au large de ses côtes.

    Chez le voisin sud-coréen, même s'il n'y a aucune panique, une certaine inquiétude monte, notamment sur les réseaux sociaux, où bruissent des rumeurs de guerre. Beaucoup redoutent une frappe préventive américaine sur le Nord alors que l'administration de Donald Trump a présenté sa récente attaque en Syrie comme un avertissement adressé aussi à Pyongyang.

    Face aux rumeurs, Séoul lance un appel au calme. Ce mardi matin, 11 avril 2017, le gouvernement assure que Washington ne mènera aucune action militaire unilatérale sans la « coopération étroite » de son allié militaire sud-coréen.

    C'est dans ce contexte tendu que l'émissaire chinois pour la péninsule coréenne s'est rendu lundi 10 avril, à Séoul. A cette occasion, il a rappelé la position de Pékin en faveur d'une négociation avec la Corée du Nord, un dialogue que, pour le moment, les Etats-Unis refusent catégoriquement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.