GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Foot/Euro-2020: la France, déjà qualifiée, peine mais bat la Moldavie (2-1) et prend la tête du groupe H
    • Éliminatoires CAN 2021: match nul entre le Mali et la Guinée, 2-2, dans le groupe A
    • Éliminatoires CAN 2021: l'Algérie, championne d'Afrique en titre, corrige la Zambie, 5-0
    • Éliminatoires CAN 2021: la RDC tenue en échec par le Gabon à domicile, 0-0
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    Amériques

    Etats-Unis: une femme médecin inculpée pour avoir excisé plusieurs fillettes

    media Le médecin urgentiste Jumana Nagarwala, accusée d'avoir excisé des fillettes, dans la banlieue de Détroit. Henry Ford Hospital

    Il s’agit sans doute d’une première aux Etats-Unis : un médecin a été inculpé pour avoir excisé des fillettes et il encourt la prison à vie. Il s'agit d’une femme, Jumana Nagarwala, une urgentiste hospitalière, accusée d'avoir réalisé des excisions dans un cabinet médical de la banlieue de Détroit.

    Selon l'accusation, deux fillettes ont été amenées, début février 2017, par leur mère, depuis l'Etat du Minnesota, dans un cabinet médical situé dans l’Etat du Michigan, dans la banlieue de Détroit, plus précisément, pour subir une excision. La mère, ainsi que le médecin urgentiste qui a pratiqué l’intervention leur ont demandé de ne pas en parler. Le site du journal New York Times cite les déclarations faites par l'une des fillettes aux enquêteurs. Elle aurait dit que l'excision était si douloureuse qu'elle a hurlé pendant l'intervention et qu'après elle pouvait à peine marcher.

    Arrêtée et inculpée pour mutilation génitale, transport de mineurs, et faux témoignage, le médecin urgentiste Jumana Nagarwala est passible de prison à vie. Elle aurait pratiqué des excisions sur d'autres fillettes, il y a une dizaine d'années. Interrogée par le FBI, elle a nié les faits. Elle doit être entendue à nouveau lundi 17 avril 2017, notamment pour que l’on puisse établir si elle peut être libérée sous conditions dans l’attente de son procès.

    500 000 filles et femmes vivant aux Etats-Unis sous la menace d’une excision

    Madame Nagarwala est la première personne inculpée au titre d’une loi fédérale contre les mutilations génitales sur mineurs, adoptée en 1996. En effet, la moitié des 50 Etats américains, dont le Michigan où se sont déroulés les faits, n’ont pas de loi propre contre ce type de crime.

    « Madame Nagarwala est accusée d'avoir pratiqué ces actes de brutalité sur des victimes particulièrement vulnérables », a souligné le procureur fédéral pour la partie est de l'Etat du Michigan. Il a ajouté : « le ministère de la Justice est déterminé à mettre fin aux mutilations génitales, une pratique qui n'a pas sa place dans une société moderne ».

    Selon Shelby Quast, directrice pour les Etats-Unis de l'organisation pour la défense des femmes Equality Now, les autorités sanitaires américaines estiment que plus de 500 000 femmes et filles vivant aux Etats-Unis ont été victimes de mutilations génitales ou seraient en danger d'être mutilées. « La plupart d’entre elles sont nées aux Etats-Unis et beaucoup n’ont aucune origine en Afrique, où cette pratique est répandue », a souligné Shelby Quast.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.