GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: la réforme fiscale de Donald Trump devrait prendre du retard

    media Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor (G) lors de la première réunion du cabinet Trump le 13 mars 2017 à Washington. (Photo d'illustration) REUTERS/Jonathan Ernst

    La grande réforme fiscale promise par le président américain Donald Trump « sera probablement un peu retardée en raison de la réforme de la santé » retoquée fin mars, a indiqué le secrétaire au Trésor au Financial Times, ce mardi 18 avril.

    L'objectif initial de faire adopter par le Congrès un texte sur le sujet avant août « est très optimiste voire pas réaliste actuellement », a expliqué Steven Mnuchin, le secrétaire du Trésor américain au Financial Times, tout en soulignant qu'il misait toujours sur un remaniement du code fiscal d'ici la fin de l'année.

    Donald Trump a dû retirer en mars son projet de réforme de la loi dite « Obamacare » sur la santé, faute d'un soutien suffisant de ses propres troupes au Congrès. L'administration avait dans la foulée de cet échec mis l'accent sur la réforme fiscale, une autre grande promesse de campagne, espérant des discussions moins âpres au sein de sa majorité.

    Mais remanier l'ensemble du code fiscal, ce qui n'a pas été fait depuis 1986, a été l'un des défis que plusieurs présidents, républicains comme démocrates, ne sont pas parvenus à surmonter vu les obstacles de procédures et les délicats compromis nécessaires.

    Trouver des financements

    Les économies qu'il était prévu de faire sur « Obamacare » devaient par ailleurs compenser en partie les réductions d'impôts envisagées et donc la baisse de revenus pour le budget fédéral.

    Alors que les leaders républicains insistent pour que le remaniement fiscal soit « neutre » pour le budget, c'est-à-dire sans incidence sur les recettes budgétaires, Steven Mnuchin a insisté auprès du Financial Times sur le fait que « la croissance économique génère beaucoup de revenus ».

    La différence entre une croissance de 1,8% et de 3% est « stupéfiante », a-t-il estimé en affirmant que selon les scénarios retenus, les revenus générés pouvaient varier de près de 2 000 milliards de dollars.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.