GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: une marche silencieuse en hommage aux victimes des manifestations

    media Une manifestation à Caracas le 22 avril 2017 en hommage aux 9 personnes tuées lors de la mobilisaiton des trois semaines précédentes. AFP/George Castellanos

    Au Venezuela, des milliers de personnes ont marché samedi 22 avril à l'appel de l'opposition à Caracas et dans d'autres villes du pays pour rendre hommage aux victimes des manifestations de ce mois d'avril.

    Les opposants étaient nombreux à Caracas pour cette marche silencieuse vers le siège de l'Eglise catholique au Venezuela.

    Pour la première fois de ce mois d'avril, la mobilisation a pu traverser d'est, une zone traditionnellement d'opposition, en ouest - la municipalité chaviste Libertador, une des cinq municipalités du Grand Caracas - pour atteindre son point d'arrivée sans problèmes.

    Vêtu en blanc de la tête au pied, Harold Castro a marché pendant près de 15 kilomètres en hommage aux victimes. Ce 22 avril, ce commerçant est agréablement surpris : pour la première fois ce mois-ci, les manifestants ont pu défiler sans affrontements avec les forces de l'ordre.

    « Ce qui a changé aujourd'hui par rapport aux autres manifestations, c'est l'attitude des policiers, explique-t-il. Ils ont été très corrects avec nous. Ils nous ont encadrés sur tout le trajet et grâce à ça, nous avons pu marcher en paix sans aucun problème. Et c'est aussi une victoire sentimentale de marcher ici à l'ouest de Caracas où nous ne pouvons jamais aller : aujourd'hui, nous avons montré que oui, on peut le faire. »

    Victimes de la « répression » du gouvernement

    Un soulagement partagé par Maria Camposeo. Une croix autour du cou, elle n'oublie pas pourquoi elle marche aujourd'hui : ces morts sont, selon elle, « les victimes de la répression de Nicolas Maduro ».

    « Aujourd'hui, c'est un acte symbolique : nous sommes venus prier pour notre pays et surtout pour nos morts parce que ça nous fait du mal, déclare-t-elle. Je pense à ces familles en deuil. Je n'ai jamais perdu quelqu'un dans le cadre de manifestations mais j'imagine ce que ça doit être et je souffre avec elles ».

    Le bilan des victimes des manifestations anti-Maduro est de neuf morts. Onze autres personnes sont également mortes dans la nuit du 20 au 21 avril au cours de saccages de magasins dans un quartier pauvre au sud-ouest de Caracas.

    Depuis les décisions du Tribunal suprême de justice qui ont mis le feu aux poudres, notamment celle d'assumer les pouvoirs de l'Assemblée nationale où l'opposition est en majorité, les manifestations se multiplient dans le pays depuis plus de trois semaines. L'opposition a d'ores et déjà appelé à poursuivre les mobilisations dès le 24 avril.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.