GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Août
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Aujourd'hui
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les Vénézuéliens manifestent pour la libération des prisonniers politiques

    media Des manifestants ont défilé dans les rues de Los Teques le 28 avril 2017 pour réclamer la libération des prisonniers politiques. REUTERS/Marco Bello

    Ce vendredi 28 avril, l'opposition avait appelé à marcher vers toutes les prisons du pays pour exiger « la libération des prisonniers politiques ». A Los Teques, à une trentaine de kilomètres de Caracas, ils étaient plusieurs centaines à défiler jusqu'à la prison de Ramo Verde pour demander la libération de Leopoldo Lopez. Accusé d'avoir incité à la violence lors de manifestations en 2014, le dirigeant du parti d'opposition Voluntad Popular est détenu dans cette prison militaire depuis plus de trois ans. Reportage.

    Avec notre correspondant à Caracas,  Julien Gonzalez

    « Force et foi ». C'est la consigne de Leopoldo Lopez inscrite sur le T-shirt d'Elizabeth. Depuis presque un mois, cette jeune femme a été de toutes les manifestations. Ce vendredi, elle marche selon ses mots « pour que tous les prisonniers politiques soient libérés ».

    « Il y a beaucoup plus de 100 prisonniers politiques et ils ne sont pas seulement détenus à Caracas, il y en a dans toutes les régions du pays, explique-t-elle. Il y a des étudiants emprisonnés pour penser différemment. Je ressens de la douleur mais aussi de la rage. Je n'espère rien de bon de ce gouvernement mais l'espérance est la dernière chose que l'on peut perdre. C'est pour ça que je suis dans la rue et je continuerai à manifester autant de fois que ce sera nécessaire. »

    En contrebas de la prison militaire, les forces de l'ordre empêchent d'aller plus loin. Quelques députés d'opposition engagent une session parlementaire improvisée. « Leopoldo Lopez est en prison pour les mots qu'il a prononcés, pour le message qu'il a donné aux Vénézuéliens, dénonce Juan Andrés Mejia, député et aussi l'un des leaders du parti de l'opposant emprisonné. En plus, il est en isolement depuis près d'un mois : il n'a pas droit à la visite de sa famille ni de ses avocats. Nous, ses compagnons de parti politique, nous n'avons jamais pu entrer dans la prison depuis 3 ans. Tout ça démontre que c'est un prisonnier politique. »

    Cela fait presque un mois que l'opposition manifeste presque tous les jours à Caracas mais aussi dans tout le pays contre le président Nicolas Maduro. Objectif : maintenir la pression et obtenir notamment une élection présidentielle cette année. Au total, 29 personnes sont mortes au cours de troubles depuis le début du mois d'avril dans le pays dont 18 personnes tuées au cours de manifestations anti ou pro-gouvernementales. L'opposition a d'ores et déjà appelé à manifester de nouveau ce lundi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.