GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: fusillade dans le «Triangle rouge» de Puebla après un vol de pétrole

    media Hommage aux victimes de la fusillade au camp militaire de Puebla, le 5 mai 2017. REUTERS/Henry Romero

    Dix morts, dont quatre militaires, une femme et un adolescent. Tel est le bilan d’une fusillade entre l’armée et des voleurs de combustible dans l’Etat mexicain de Puebla vendredi 5 mai. Prévenus de l’existence d’un branchement clandestin sur un oléoduc de la compagnie des pétroles mexicains Pemex, des soldats et des policiers se sont rendus dans le village de Palmarito où ils ont été accueillis par les tirs nourris de délinquants qui n’ont pas hésité à se cacher derrière un groupe de femmes et d’enfants pour se protéger.

    Avec notre correspondant à Mexico,  Patrick John Buffe

    Cette fusillade est le dernier épisode d’une escalade de la violence que connaît depuis un an le « Triangle rouge ». Une zone de l’Etat de Puebla où le siphonnage des oléoducs est devenu une pratique courante, à tel point qu’une partie de la population dépend économiquement de cette activité illicite. Si ces derniers mois des affrontements entre voleurs de pétrole et forces de l’ordre étaient fréquents, jamais ils n’avaient été aussi meurtriers que ceux de cette semaine.

    Le vol de pétrole pompé sur les pipe-lines de Pemex n’est d’ailleurs pas exclusif de ce « Triangle rouge ». Il se déroule dans l’ensemble du pays où il s’intensifie année après année. Rien qu’en 2016, quelque 7 000 prises clandestines ont été découvertes sur les 37 000 kilomètres d’oléoducs qui parcourent le Mexique.

    Comme c’est aussi le cas dans l’Etat de Puebla, ce commerce illégal est récemment tombé aux mains des cartels de la drogue qui contrôlent désormais le vol de combustible et sa distribution sur le marché noir. Un marché juteux qui, s’il rapporte gros au crime organisé, coûte en revanche très cher à Pemex qui perd quelque 2 milliards de dollars par an.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.