GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
Aujourd'hui
Mardi 27 Août
Mercredi 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    «Le gouvernement est enfin là. Le président de la République, chef de l'État, a enfin signé l'ordonnance. Donc aujourd'hui, le gouvernement ayant été constitué, on se mettra bientôt au travail», a déclaré à la presse le Premier ministre Sylvestre Ilunga, lui-même nommé le 20 mai 2019.

    Amériques

    Etats-Unis: les républicains mal à l’aise après les confidences de Trump

    media Le président américain Donald Trump sur le perron de la Maison Blanche, le 16 mai 2017. REUTERS/Joshua Roberts

    Aux Etats-Unis, les républicains sont une fois de plus mal à l'aise suite aux révélations du Washington Post. Le président américain a-t-il révélé des informations ultra sensibles, concernant une opération du groupe Etat islamique en préparation, au chef de la diplomatie russe lors de leur entretien dans le bureau ovale ? Non, répond la Maison Blanche, obligée d'affirmer que Donald Trump n'a pas compromis la sécurité nationale. L’entourage du président des Etats-Unis a donc du mal à limiter les dégâts, d’autant que le New York Times affirme à présent que le président a tenté de faire annuler l’enquête sur les liens du général Flynn avec la Russie.

    Si de nombreux élus républicains défendent encore leur président, jugeant qu'il a le droit de partager toute information qui lui semble utile, classifiée ou non, plusieurs ténors du parti conservateur prennent leur distance avec Donald Trump.

    Le sénateur John McCain qualifie les révélations du Washington Post de « très troublantes », pour son collègue Ben Sasse, elles sont même « effrayantes ». Le sénateur Bob Corker déplore « un manque de discipline qui crée le chaos » et qui fait que « la Maison Blanche se trouve selon lui désormais dans un tourbillon qui la tire vers le bas ».

    La républicaine Susan Collins, membre du Comité du Sénat sur le renseignement, va encore plus loin : l'attitude de Donald Trump risque de décourager à l'avenir les alliés américains qui voudraient partager des informations pourtant vitales pour la sécurité des Etats-Unis, craint-elle.

    De son côté, le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, demande une explication complète des faits de la part de l'administration. Et Mitch McConnell, chef de file des républicains au Sénat, a du mal à cacher son agacement: « Avec un tout petit peu moins de drames à la Maison Blanche, nous pourrions enfin faire avancer les choses et nous concentrer sur notre agenda », a-t-il déclaré.

    Le général McMaster à la rescousse du président

    Les démentis se succèdent donc et ne se ressemblent pas, constate notre correspondante à Washington Anne-Marie Capomaccio. Et c’est le conseiller à la sécurité nationale du président Trump qui s’est trouvé forcé de répondre aux journalistes. Ses premières dénégations sur les révélations du Washington Post ne suffisaient plus, anéanties par un tweet matinal du président, qui écrivait en substance, « J’ai parfaitement le droit de donner des informations aux Russes ». Le général McMaster est habile. Il confirme factuellement l’enquête du Washington Post, mais répète 10 fois le terme « approprié » : le président, dit-il, n’a rien fait d’illégal. Le conseiller confirme que ces révélations n’étaient pas prévues. Les éléments de langage, comme disent les diplomates, n’étaient pas préparés, Donald Trump a parlé sur l’inspiration du moment.

    Et d’ailleurs, ajoute le général McMaster, il ne pouvait pas tout révéler aux Russes : « Les informations partagées étaient parfaitement appropriées car je dois vous dire très clairement : le président ne savait même pas d’où provenaient ces informations. Il n’avait pas été briefé sur la source, ni sur la méthode ! »

    Les fautifs, d’après le général McMaster ce sont les journalistes : « La sécurité nationale est en effet en danger, à cause de ces fuites ! Ce n’est pas la première fois que ça se produit, et je pense qu’il est important d’enquêter sur ces agissements. »

    La Maison Blanche ne maîtrise pas sa communication

    Comme en réponse à ces accusations, la presse américaine s’en donne à cœur joie sur cette affaire, et diffuse en boucle les meetings de campagne de Donald Trump, à l’époque où le candidat faisait chanter « Hillary Clinton en prison ». « Nous ne pouvons nous permettre d’avoir dans le bureau ovale, une personne, qui ne comprend pas la signification du mot "classifié" », disait alors Donald Trump.

    Ce qui est certain aujourd’hui, c’est que la Maison Blanche ne maîtrise pas sa communication. Certains conseillers ne cachent pas leur exaspération. Le porte-parole apprend dans la presse qu’on lui cherche un remplaçant. Donald Trump a la solution. Il propose de tenir lui-même les points de presse.

    Les démocrates, comme le sénateur Schiff, sont de leur côté en colère contre un président qu’il faut surveiller en permanence. « Le tweet du président suggère qu’il a bien parlé d’un sujet grave, affirme le sénateur. Et nous devons immédiatement tenter de limiter les dégâts pour prévenir le danger que nous faisons courir à nos sources. »

    Mardi soir, c'est un nouveau scandale, dévoilé par le New York Times cette fois, qui s'est produit. Le président des Etats-Unis aurait demandé au directeur du FBI d’enterrer l’enquête sur le général Flynn et ses liens éventuels avec la Russie. James Comey a refusé. Il a été limogé la semaine dernière.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.