GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: Trump aurait demandé au FBI de stopper l'enquête sur Flynn

    media D’après la presse, Donald Trump aurait donc demandé à James Comey d’enterrer son enquête sur le général Flynn. REUTERS/Kevin Lamarque

    A chaque jour son scandale aux Etats-Unis. Après les révélations du Washington Post sur les informations classifiées transmises à la Russie, l’affaire Flynn. Plusieurs journaux affirment que le président a demandé au directeur du FBI d’enterrer l’enquête de l’agence sur le général Flynn. L’affaire est prise très au sérieux par les élus du Congrès, on se demande comment la Maison Blanche va se sortir de ce nouveau scandale.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Le démenti de la présidence ne suffira pas à faire taire les journaux, ni manifestement le FBI. D’après la presse, Donald Trump aurait donc demandé à James Comey d’enterrer son enquête sur le général Flynn. Celui qui était à l’époque directeur du FBI a non seulement refusé mais il a écrit un rapport sur son entretien, et informé ses plus proches collaborateurs.

    Si dans l’affaire des informations « secret défense » livrées à la Russie, les juristes sont d’accord pour dire que le président a parfaitement le droit de déclassifier les renseignements de son choix, la crise est plus grave sur l’affaire Flynn. Car cela ressemble à une ingérence dans une enquête en cours, contraire à toutes les règles, sans respect pour la séparation des pouvoirs.

    Dire que la Maison Blanche est en crise est un euphémisme. Les élus de tous bords demandent à lire les mémos de James Comey, limogé la semaine dernière. La limite de l’enquête est que ce sera la parole de l’ancien directeur du FBI contre celle du président des Etats-Unis. Certains se prennent à rêver que Donald Trump a mis sa menace à exécution et enregistré les entretiens, comme à l’époque de Richard Nixon.


    Réaction

    Adam Schiff, vice-président démocrate de la commission du renseignement, a improvisé un point de presse après les révélations sur l’affaire Flynn : « Je pense que nous en savons assez, à présent. Nous avons assez d’allégations publiques pour demander au directeur Comey de revenir témoigner publiquement devant les commissions. Il doit revenir au Congrès, et expliquer ce qui s’est passé dans les conversations avec le président sur toutes les enquêtes Russie. Je pense que nous devons également demander les rapports. Et les enregistrements, s’ils existent, ainsi que le président le prétend, doivent être obtenus par le Congrès. Si besoin, nous délivrerons un mandat. Mais légalement nous devrions pouvoir recevoir les documents sur une base volontaire. Trop c’est trop. Le Congrès doit aller au fond de cette affaire. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.