GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    • Éliminatoires CAN 2021 : le Gabon s’impose à domicile face à l’Angola lors de la deuxième journée (2-1)
    • Iran: la Maison Blanche condamne l'utilisation de la force contre les manifestants
    Amériques

    Brésil: le président s’accroche, les appels à la démission se multiplient

    media Accusé de corruption passive et d'association de malfaiteurs, le président brésilien Michel Temer refuse de démissionner. REUTERS/Ueslei Marcelino/File Photo

    Un grand patron brésilien affirme avoir versé des pots-de-vin à Michel Temer ainsi qu’à ses deux prédécesseurs Dilma Rousseff et Lula da Silva. Après une semaine de tension politique extrême, le groupe de presse Globo appelle à la démission du président.

    Avec notre correspondant à Saõ Paulo,  Martin Bernard

    Joesley Batista, le patron du groupe agroalimentaire JBS, a confié à la justice brésilienne avoir versé des pots-de-vin à trois présidents brésiliens : 70 millions de dollars à Lula, 80 millions à Dilma Rousseff et environ 5 millions à destination de l’actuel chef de l'Etat, Michel Temer.

    Ce dernier campe sur ses positions et répète qu’il ne démissionnera pas. Toutefois, un juge de la Cour suprême a ouvert une enquête judiciaire contre lui pour corruption passive, association de malfaiteurs et entrave à la justice.

    Et dans c'est dans ce contexte que le puissant groupe mutimédia Globo, qui entretient des relations étroites avec le pouvoir, s’est prononcé en faveur de la démission de Michel Temer. Un éditorial en ce sens a été publié sur internet et lu à l’antenne de ses chaînes.

    On peut y lire : « Le président n’est plus en condition morale, éthique, politique et administrative de continuer à diriger le Brésil. S’il ne démissionne pas, il entraînera le Brésil dans une crise encore plus profonde, qui, que personne ne se trompe, débouchera sur le même résultat. »

    Joaquim Barbosa, ancien président de la Cour suprême, a renchéri et appelé les Brésiliens à « se mobiliser, descendre dans les rues et revendiquer avec force la démission immédiate de Michel Temer. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.