GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les Etats-Unis réussissent le test d'interception d'un missile intercontinental

    media Le test d'interception de missile intercontinental effectué par les Etats-Unis s'est révélé concluant. REUTERS/Lucy Nicholson

    Aux Etats-Unis, un missile de défense antiaérienne a été tiré mardi 30 mai depuis une base de Californie. Il ne s'agissait pas de réagir à une attaque réelle, mais de tester le système de protection contre les missiles balistiques intercontinentaux. L'opération a été une réussite puisque la cible, qui ne portait évidemment pas de charge nucléaire, a bien été interceptée. Le Pentagone parle d'un « système vital pour la défense » des Etats-Unis face aux menaces iranienne et nord-coréenne. Pyongyang cherche justement à développer ce genre d'armement de longue portée.

    Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

    Cela faisait trois ans que les Etats-Unis n'avaient pas réalisé ce genre de test grandeur nature. Mais la Corée du Nord ayant accompli cinq essais nucléaires ces dernières années, et tiré trois missiles ces trois dernières semaines. Washington se devait de réagir.

    Au niveau technologique, c'était la première fois que le Pentagone se frottait ainsi à un missile balistique intercontinental. Avec à peine 50 % de réussite depuis 1999, les missiles intercepteurs américains n'ont jamais été d'une fiabilité à toute épreuve. Cepdnant, cette fois, la cible a pu être détruite.

    Tirée depuis un îlot dans le Pacifique, sans être équipée de charge nucléaire, elle a été annihilée par le missile de défense antiaérienne parti lui d'une base installée en Californie.

    Pour Washington, il y avait aussi un enjeu d'image. Si Donald Trump avait plusieurs fois promis qu'il renforcerait son arsenal antimissile et qu'il a encore récemment été très agressif envers la Corée du Nord, mais aussi l'Iran, il y avait besoin de concret.

    Le Pentagone a donc largement communiqué sur cet essai, se réjouissant très vite de son succès. La veille, le dernier tir effectué par Pyongyang avait lui parcouru 450 km avant de tomber dans l'eau, alors que les Etats-Unis sont encore à 9 000 km de là.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.