GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Haïti: la Minustah, une «réussite» pour le gouvernement brésilien

    media Un dernier contingent brésilien de casques bleus embarque pour Port-au-Prince, en Haïti, avant l'arrêt de la Minustah, la mission présente dans le pays depuis 13 ans. REUTERS/Paulo Whitaker

    En Haïti, la Minustah est en train de plier bagage. Après 13 ans de présence, les casques bleus auront tous quitté le pays de la Caraïbe d’ici la mi-octobre. Depuis 2004, c’est le Brésil qui commande la composante militaire de cette mission. En visite officielle à Port-au-Prince, le ministre brésilien des Affaires étrangères a salué ce qu’il considère être une réussite malgré les lourdes critiques des Haïtiens.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Aloysio Nunes Ferreira est venu à Port-au-Prince à l’occasion de l’installation du dernier bataillon Minustah de soldats brésiliens. Un chapitre s’achève et pour le ministre, le bilan de la mission est positif. « La mission que nous avons menée sous la coordination des Nations unies a été une réussite. Nous avons déjà une génération d’Haïtiens qui vivent dans un pays qui est différent. Du point de vue de la sécurité, il va beaucoup mieux qu’avant, mais il y a d’autres défis maintenant », indique-t-il.

    C’est pour ces autres défis, notamment l’établissement de l’Etat de droit, qu’une nouvelle mission de l’ONU, la Mission des Nations unies pour l’appui à la justice en Haïti (Minujusth) va prendre le relais dès octobre, ce qui n’est pas du goût de tous les Haïtiens, en colère après les nombreux crimes sexuels commis par les casques bleus. Aloysio Nunes Ferreira estime que la justice n’a pas été inactive en la matière. « Toutes les occasions où il y a eu des crimes, il y a eu aussi des punitions, il y a eu des enquêtes. Les crimes ne sont pas restés sans conséquence », affirme-t-il.

    Reste qu’après 13 ans en Haïti, la Minustah s’achève sans avoir apaiser la colère des victimes du choléra, l’épidémie causée par des Casques bleus népalais et qui à date a causé la mort de près de 10 000 personnes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.