GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Lundi 20 Août
Mardi 21 Août
Aujourd'hui
Jeudi 23 Août
Vendredi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti: accueil houleux pour la délégation du Conseil de sécurité de l’ONU

    media Deux cents manifestants étaient présents aux abords des locaux de la Minustah, le 22 juin 2017. HECTOR RETAMAL / AFP

    Des représentants du Conseil de sécurité de l'ONU sont à Port-au-Prince en Haïti, une visite de 48 heures pour évaluer la situation dans le pays avant le retrait de la Mission des Nations unies déployées depuis 2004 en Haïti, la Minustah. Mais on ne peut pas dire que la délégation onusienne soit la bienvenue. Le président et son gouvernement l'ont reçue avec 40 minutes de retard tandis que 200 personnes manifestaient devant la base de la Minustah à Port-au-Prince. Les Haïtiens reprochent aux casques bleus d'avoir introduit le choléra en 2010, épidémie qui a déjà fait 9000 morts.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Pour ces plus de 200 manifestants, Minustah rimera toujours avec choléra. Sept ans après le début de l’épidémie, ils hurlent à nouveau leur colère devant l’absence d’aide de l’ONU, comment en témoigne Mario Joseph, l’un de leurs avocats : « C’est une histoire de déni de justice. La commission de réclamation permanente, ils ne veulent pas malgré la déclaration de monsieur Ban Ki-moon. Il semblerait que tous les pays, membres permanents du Conseil de sécurité, ne veulent pas payer. »

    L'argent manque

    Car, définitivement, l’argent manque. Sur les 400 millions de dollars nécessaires, seuls 2,7 millions ont été collectés depuis décembre 2016. Sacha Sergio Llorenty Solíz, le représentant de la Bolivie au Conseil de sécurité, ne peut nier cette réalité : « Nous reconnaissons qu’il y a un problème et nous sommes ici pour renouveler l’engagement des Nations unies et de la communauté internationale à travailler ensemble pour faire face à ce problème et le résoudre. »

    Nouvelle manifestation

    Pour encore marquer le coup, les victimes du choléra ont prévu une nouvelle manifestation ce vendredi, près du lieu où le Conseil de sécurité va rencontrer des membres de la société civile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.