GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Argentine: Macri s'impose lors des législatives de mi-mandat (résultats officiels partiels)
    Amériques

    Piratages informatiques: Obama informé que c'était Poutine dès l'été dernier

    media Le président des Etats-Unis Donald Trump annonce le détricotage du rapprochement opéré par Barack Obama avec Cuba, le 16 juin 2017 à Miami. REUTERS/Carlos Barria

    Selon le Washington Post, Barack Obama savait dès l'été dernier que Vladimir Poutine en personne avait ordonné les piratages du Parti démocrate pour aider Donald Trump à être élu. Pourquoi l'ancien président n'a-t-il pas informé les Américains des manœuvres de Moscou?

    Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

    Barack Obama avait été prévenu dès août 2016 mais ce n'est toutefois qu'en décembre 2016 que Vladimir Poutine est nommé publiquement comme l'instigateur du piratage dont l'objet était de nuire à Hillary Clinton afin de donner un coup de pouce à Donald Trump. C'est lors de sa traditionnelle conférence de fin d'année, avant de s'envoler pour Hawaii où il passera les fêtes, Barack Obama a accusé le Kremlin d'interférence dans les récentes élections.

    Pourquoi l'administration Obama a-t-elle été aussi discrète et réservée pendant ces longs mois ? La question embarrasse les membres de l'ancienne administration. Selon Anthony Blanken, l'ancien conseiller d'Obama, le président ne voulait pas que les républicains lui reprochent d'accuser les Russes à des fins politiques, pour servir les intérêts d'Hillary Clinton. Et il craignait aussi qu'une riposte trop forte n'incite Moscou à lancer des attaques le jour de l'élection en novembre.

    Obama avait tout de même clairement fait savoir à Poutine en personne que toute interférence était inacceptable, avait expulsé 35 espions, imposé des sanctions et autorisé un programme de codes malicieux dormants capable de détruire, si besoin,  les infrastructures russes. Aujourd'hui, c'est au tour des démocrates d'accuser l'administration Trump d'ignorer les mises en garde contre les cyberattaques russes, qui continuent.

    → À relire : James Comey, l'ex-directeur du FBI qui fait trembler l’Amérique

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.