GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Haïti: les ouvriers du textile manifestent pour réclamer une hausse des salaires

    media Des ouvriers du textile manifestent dans les rues de Port-au-Prince pour une augmentation de salaire, le 26 juin. REUTERS/Andres Martinez Casares

    En Haïti, les ouvriers des usines textiles sont en colère : ils réclament une augmentation du salaire minimum pour atténuer les effets de l'inflation, qui dépasse désormais les 15%. Ils justifient aussi leur revendication face à la hausse drastique des prix des carburants décidé le mois dernier par le gouvernement. Ce lundi 26 juin, ils étaient près de 2 000 employés à manifester dans les rues de la capitale.

    avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Un seul mot d'ordre au sein du cortège : 800 gourdes. 11,40 euros c'est ce que les ouvriers veulent recevoir pour une journée de 8 heures de travail. Aujourd'hui le salaire minimum est de 300 gourdes. Gagner 4,20 euros par jour est devenu insuffisant, comme en témoigne Sandra Siglès.

    « On nous paie le samedi, le lundi on recommence à s'endetter, se désole cette manifestante. Je paie 100 gourdes de transport par jour. Vu ce que je gagne, j'ai plus assez pour acheter des habits et de la nourriture. On demande justice : la vie est chère, la nourriture est chère, le prix de l'essence a augmenté et jamais on est payé plus. On veut gagner plus, on appelle au secours. »

    Hausse des prix des carburants

    Les ouvriers sont en colère contre les patrons d'usine qui refusent de les augmenter mais aussi contre Jovenel Moïse. Michelène Jean est déçue par les actions président. « On avait voté Jovenel, et au lieu d'augmenter nos salaires, il a augmenté les prix des carburants. On n'en peut plus, on est fatigués. On a pris les rues parce qu'il faut qu'on ait 800 gourdes : c'est ce qu'on demande. »

    Pour remettre les finances publiques à flot, le gouvernement a décidé en mai d'augmenter le prix du kérosène de 17%, celui de l'essence de 18,5% et celui du diesel de 20%, malgré l'impopularité de la mesure auprès de la majorité pauvre des habitants.

    La manifestation qui s'est achevée sans incident n'est pas la dernière : les ouvriers affirment qu'ils ne quitteront les rues que lorsqu'ils auront obtenu une augmentation de salaire.

    Ils étaient près de 2 000 employés à manifester dans les rues de la capitale d'Haïti, lundi 26 juin. REUTERS/Andres Martinez Casares

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.