GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Ingérences russes: Donald Trump de plus en plus fébrile, ses équipes également

    media Marc Kasowitz, un des avocats chargés de défendre Donald Trump, serait progressivement écarté. REUTERS/Yuri Gripas

    Aux Etats-Unis, les révélations presque quotidiennes sur l’affaire des ingérences russes dans la campagne présidentielle et la défense quelque peu hasardeuses de Donald Trump et de ses proches placent le président dans une position de plus en plus délicate. Ces derniers jours donnent l’impression qu’il cherche, tout comme ses proches, à trouver un moyen de mettre un terme rapidement à cette affaire. C’est ce qu’annonce notamment, dans son édition du jour, le Washington Post

    Parmi les pistes explorées selon le quotidien américain, figure notamment la grâce présidentielle. Selon le Washington Post, le président américain aurait consulté ses avocats sur son pouvoir afin d’accorder la grâce présidentielle à des assistants, aux membres de sa famille et lui-même. Une éventualité « extrêmement inquiétante » selon le sénateur démocrate Mark Warner, membre de la commission sénatoriale sur le renseignement.

    Et ce n’est pas le seul indice de fébrilité qui apparaît dans le camp du président. Au sein même de son équipe d’avocats des tensions émergent. Marc Kasowitz, un des avocats les plus connus aux Etats-Unis et qui fait partie de cette équipe serait en train d’être progressivement écarté, selon la revue Politico. En cause ses tentatives pour convaincre le président d’arrêter de parler publiquement de cette affaire, notamment sur les réseaux sociaux.

    Et ce n’est pas le seul couac au sein de cette équipe. Mark Corallo, le porte-parole de ce groupe d’avocats a démissionné, selon des proches du président, deux mois seulement après avoir accepté ce poste.

    L’ambiance à la Maison Blanche serait intenable et il y aurait trop de luttes internes selon des proches à qui il s'est confié. Mark Corallo est pourtant présenté comme un expert en communication de crise. Mais cette affaire a pris une telle ampleur que même ce spécialiste des situations périlleuses a préféré se retirer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.