GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Droit des femmes: au Chili, la loi autorisant l'avortement thérapeutique adoptée

    media Chili: des élues des partis socialiste et communiste manifestent leur satifaction après l'approbation de la loi autorisant l'avortement thérapeutique, le 2 août 2017. REUTERS/Rodrigo Garrido

    Au Chili, le Sénat a approuvé mercredi 2 août par 22 voix contre 13 un projet de loi de dépénalisation de l'avortement dit «thérapeutique», qui autorise une intervention médicale en cas de viol, de danger pour la mère, ou de non-viabilité du fœtus. Une décision contestée par l'opposition qui a demandé que le texte soit soumis au Tribunal constitutionnel avant de pouvoir être promulgé.

    « Aujourd'hui, nous les femmes, récupérons un droit fondamental que nous n'aurions jamais dû perdre : décider quand vivre les moments douloureux ».

    C'est qu'a déclaré mercredi sur son compte Twitter, Michelle Bachelet, la présidente du Chili, en saluant l'approbation par le Sénat du texte sur la dépénalisation de l'avortement thérapeutique, l'une de ses promesses de campagne. Les interruptions de grossesse réalisées clandestinement au Chili sont estimées à environ 160 000.

    Le vote a également été salué par les parlementaires du camp présidentiel, les ministres et les associations favorables à cette mesure qui permet l'avortement thérapeutique alors qu'il était interdit au Chili depuis plus de 20 ans : autorisé à partir des années 50, il avait été interdit au Chili en 1989 par le dictateur Augusto Pinochet, sous l'influence de l'église catholique.

    Après deux ans de débats intenses, le texte doit encore franchir une étape avant d'être promulgué : être validé par le Tribunal constitutionnel. Une demande faite par la coalition conservatrice Chile Vamos qui estime que le texte porte atteinte au principe du droit à la vie qui figure dans la Constitution.

    L'examen du texte devrait avoir lieu le 8 août et le Tribunal constitutionnel aura ensuite dix jours pour rendre sa décision.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.