GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • ND de Paris: rebâtir la charpente en bois est «probablement la bonne solution», estime un des architectes en charge de sa restauration
    • Télécommunications: Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Mike Pompeo
    • Présidentielle au Malawi: le chef de l'Etat sortant Peter Mutharika en tête (résultats officiels partiels)
    • La justice européenne rejette le pourvoi de Mme Le Pen qui contestait le remboursement de 300 000 euros au Parlement européen
    • Le gouvernement britannique repousse le vote des députés sur son nouveau projet de loi sur le Brexit prévu début juin
    • Mondiaux d'athlétisme au Qatar : Nasser Al-Khelaïfi, patron du PSG, mis en examen pour « corruption active » (source judiciaire)
    • Décès de la Britannique Judith Kerr, auteure du célèbre «Tigre qui s'invita pour le thé», à l'âge de 95 ans (maison d'édition)
    • Contraint de se passer d'Android, Huawei prépare son propre système d'exploitation pour la fin de l'année (CNBC)
    • États-Unis: une tornade fait trois morts à Golden City dans le Missouri (autorités)
    • Huawei: «protestation solennelle» de Pékin auprès de Washington (ministère)
    • France: la loi Pacte prévoyant la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP) a été promulguée (Journal officiel)
    • Commerce international: la Chine déclare attendre de la «sincérité» des États-Unis avant de reprendre les négociations
    Amériques

    Atteintes au droit d’informer: la riposte s’organise dans l’Amérique de Trump

    media Donald Trump lors d'une conférence de presse organisée le 18 mai 2017 à la Maison Blanche. Brendan Smialowski / AFP

    Aux Etats-Unis, plus d'une vingtaine d'organisations de défense de la liberté d'information ont lancé cette semaine une base de données, accessible au grand public, recensant les atteintes au travail des journalistes. Une initiative symptomatique d'un climat qui ne cesse de se détériorer entre la Maison Blanche et la presse.

    Le 9 mai dernier, le secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux, Tom Price, est en route pour une réunion organisée au Parlement de l’Etat de Virginie (côte est) sur les prescriptions abusives d’opioïdes. Alors qu’il arpente les couloirs du bâtiment, il est abordé par le journaliste Dan Heyman qui, lui, est plutôt soucieux de savoir si le projet républicain de réforme du système de santé – le fameux « Trumpcare » alors toujours en gestation – couvrira bien les soins consécutifs à des violences domestiques. Ce dernier lui pose la question. Une fois, deux fois, trois fois. De plus en plus fort. Le reporter avait sorti son téléphone portable pour enregistrer une réponse qui ne viendra finalement jamais. Il est en revanche arrêté, et son smartphone confisqué.

    Dan Heyman risque aujourd’hui la prison pour « perturbation délibérée du processus gouvernemental ». Son audience doit se tenir à la fin du mois. « Je suis venu au Capitole pour faire mon travail et poser une question, pas pour chercher des problèmes », s’est défendu plus tard le journaliste dans les colonnes du Washington Post.

    L’incident, peu médiatisé de ce côté-ci de l’Atlantique, est aujourd’hui soigneusement répertorié, parmi d’autres, dans la base de données baptisée « US Press Freedom Tracker », mise en ligne ce mercredi 3 août à l’initiative du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et de la Fondation pour la liberté de la presse, en partenariat avec une vingtaine d’organisations dont Reporters sans frontières. Une compilation des atteintes à l’exercice du journalisme qui vise autant à alerter l’opinion publique qu'à ne pas laisser ces atteintes impunies, en offrant matière à des poursuites judiciaires.

    Une « guerre » et ses victimes

    D’aucuns ne seront pas surpris de constater que le décompte commence au 1er janvier 2017, soit peu ou prou au moment de la prise de fonction de Donald Trump. Depuis des mois, la « guerre » - selon la propre expression du président - entre une grande partie des médias du pays et la Maison Blanche fait rage, et les invectives présidentielles ne manquent pas, particulièrement sur Twitter.

    « Néanmoins, ce climat de tension avec la presse ne date pas de l’investiture de Donald Trump, précise à RFI Margaux Ewen, directrice de la communication de RSF pour l'Amérique du Nord et les Caraïbes. Dans notre dernier Classement de la liberté de la presse, les Etats-Unis avaient déjà perdu deux places, sur des données collectées en 2016, soit lors de la dernière année de la présidence Obama. [...] Une administration qui avait aussi poursuivi plus de lanceurs d’alerte que toutes les précédentes réunies. » Seulement avec Trump, un palier semble avoir été franchi : « Les agressions physiques contre les journalistes et les arrestations pendant qu’ils posent des questions sont beaucoup plus fréquentes que l’année dernière. »

    Ainsi, le nouveau site Internet recense 19 arrestations, 12 cas d’équipements saisis ou endommagés ou encore 11 attaques physiques depuis le début de l’année. Mais des atteintes plus délicates à déceler, comme les refus d’accès ou les interpellations sans détention doivent aussi pouvoir être compilées, « et nous n’avions pas jusqu’ici une base de données accessible pour ce genre d’incident », ajoute Margaux Ewen.

    « Le rôle joué par la presse n'est pas sans limites »

    Deux jours à peine après le lancement de l’US Press Freedom Tracker, ses initiateurs auront pu mesurer tout le bien-fondé de leur entreprise : lors d’une conférence de presse ce vendredi, le ministre de la Justice Jeff Session, déterminé à en finir avec la « culture de la fuite » en vigueur à Washington, a révélé que le nombre d’investigations lancées contre les individus responsables de la divulgation d’informations confidentielles avait triplé depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Plus inquiétant, il a fait savoir que son administration était en train de revoir sa politique d’assignation des organes de presse afin que ces derniers révèlent leurs sources. « Nous respectons le rôle joué par la presse, mais il n’est pas sans limites. »

    Problème, aux Etats-Unis, « il n’y a pas de loi fédérale de protection des sources, rappelle Corentin Sellin, professeur agrégé d’Histoire et spécialiste des Etats-Unis. Un journaliste assigné à comparaître par l’Etat fédéral pour révéler ses sources ne bénéficie d’aucune "loi bouclier". »

    Un autre angle d’attaque, toujours sur un plan juridique, vise au durcissement de la législation sur la diffamation par voie de presse, qui est favorable aux médias depuis l’arrêt Sullivan de 1964, précise Corentin Sellin : « Selon cet arrêt, celui qui se plaint de la diffamation doit prouver que l’article dénoncé a été écrit avec une intention maligne, une intention de nuire, ce qui est très dur. Trump veut remettre en cause le standard de "l’intention maligne", arguant que les journalistes inventent leurs informations, et souhaite une législation beaucoup plus favorable au plaignant. »

    Arrestations, confiscations de matériel, menaces sur les sources : les motifs d’inquiétudes ne manquent donc pas du côté des défenseurs de la liberté de la presse. Plus encore, ceux-ci craignent que la libération de la parole anti-médias au sommet de l'Etat ne mène à une libération des actes, comme l’agression d’un journaliste du quotidien britannique The Guardian par un candidat au Congrès, en mai dernier, le laisse craindre.

     → A (RE))LIRE : Etats-Unis: un candidat républicain frappe un journaliste et remporte l'élection

    De son côté, malgré une dégringolade continue dans les sondages (33% d'opinions favorables début août), le président américain peut encore compter sur l'extrême fidélité de son électorat, toujours aussi sensible à sa posture très offensive à l'égard des journalistes. On est encore loin d'un armistice.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.