GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Août
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Aujourd'hui
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: 17 pays d'Amérique montent au créneau

    media Le ministre péruvien des Affaires étrangères entouré de ses homologues venus de toute l'Amérique latine, lors d'une réunion portant sur la crise vénézuélienne, le 8 août 2017 à Lima. REUTERS/Mariana Bazo

    Les ministres des Affaires étrangères et ambassadeurs de 16 pays latino-américains et du Canada ont condamné, mardi 8 août à Lima, ce qu’ils considèrent comme une « rupture de l’ordre démocratique » au Venezuela. Ayant choisi de se réunir sans les Etats-Unis pour ne pas être accusés d’être au service de « l’impérialisme américain », les ministres ont signé la déclaration de Lima qui durcit la position régionale vis-à-vis du régime de Nicolas Maduro.

    Avec notre correspondant à Quito,  Eric Samson

    Face à la détérioration de la situation politique, économique et sociale au Venezuela, la déclaration de Lima, présentée par le ministre péruvien des Affaires étrangères Ricardo Luna, a utilisé un langage peu diplomatique : « La caricature des institutions démocratiques que l’on voit depuis un bon moment est arrivée à son terme. Ce que nous avons au Venezuela est une dictature. »

    Selon Luna, tous les efforts de conciliation menés par des présidents, ex-présidents et jusqu’au Vatican n’ont servi qu’à faire gagner du temps au régime de Nicolas Maduro, sans offrir de solution viable. Parlant d’une situation « sans issue », les 17 pays rassemblés à Lima ont durci leur position.

    L'Assemblée constituante « illégitime »

    « Nous avons tout d’abord décidé de ne pas reconnaître l’Assemblée constituante, de considérer que tous les actes, toutes les décisions politiques, financières ou administratives de cette Constituante sont illégitimes pour la communauté des pays de la région. Nous allons ensuite demander la libération de tous les prisonniers politiques et la convocation des élections prévues par la loi. »

    Cette déclaration n’est pas que rhétorique. Si Caracas souhaite négocier un prêt, une dette ou un accord quel qu’il soit, les 17 pays signataires de la déclaration de Lima ne reconnaîtront l’autorité que de la seule Assemblée nationale dominée par l’opposition, mais aujourd’hui privée de tout pouvoir.

    De son côté, Caracas a rapidement condamné la déclaration de Lima, lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Alba, l'alliance régionale bolivarienne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.