GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)
    Amériques

    Etats-Unis: le Texas gèle les programmes d'aides aux Latinos des «colonias»

    media Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, en 2015 à New York. REUTERS/Brendan McDermid/File Photo

    Au Texas, à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, on compte plus de 2 300 communautés installées dans ce qui ressemble bien souvent à des bidonvilles. Les logements peuvent être des maisons en parpaing ou des mobil-homes, mais il n'est pas rare qu'il n'y ait pas d'eau potable ou de système d'assainissement. Ces endroits sont appelés des « colonias », car ils sont peuplés d'immigrants hispaniques, pas forcément en situation irrégulière, mais aux revenus très modestes. L'Etat a décidé de leur couper les vivres.

    Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

    Le phénomène a commencé dans les années 1950, mais ils sont au moins 500 000 à vivre dans des colonias désormais. L'Etat du Texas a dépensé des centaines de millions de dollars pendant des décennies pour améliorer un minimum leurs conditions.

    Sauf que les temps changent : la plupart des programmes d'aides ont été suspendus ces derniers mois. Et en annonçant subitement qu'il fermait le bureau en charge de coordonner, depuis 1999, les différentes aides aux colonias, le gouverneur républicain du Texas Greg Abbott a mis en lumière une situation déjà dramatique et qui pourrait s'aggraver.

    Fragiliser des populations déjà précaires

    Car la suspension ou la réduction des budgets de nombreux programmes va fragiliser encore un peu plus des populations déjà extrêmement précaires. Campagnes de vaccination, surveillance médicale ou installation de l'eau courante et d'égouts... la santé de centaines de milliers d'immigrés latinos dépend des aides fédérales ou de l'Etat du Texas.

    Or, ce dernier n'en a pas fait mystère ces dernières années : il compte freiner l'immigration illégale, et l'arrivée de Donald Trump l'a encore conforté.

    Alors, comment ces milliers de petites communautés, parfois installées en bordure de villes mais faites de bric et de broc, vont-elles pouvoir encaisser ces coupes drastiques ?

    Les associations s'inquiètent, et préviennent qu'on pourrait vite revenir aux conditions des années 1970 ou 1980. Le taux de tuberculose dans certaines colonias est déjà deux fois supérieur à celui de l'Etat.

    Et sur le demi-million de personnes vivant dans ces communautés, presque 10 % habitait déjà, avant la décision prise par le Texas, dans des conditions totalement insalubres et dangereuses pour la santé.

    → Écouter le Grand Reportage de RFI : Ciudad Juarez, la mémoire des disparus

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.