GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président zimbabwéen Robert Mugabe (93 ans) a été démis de ses fonctions ce dimanche 19 novembre à la tête de la Zanu-PF lors d'une réunion extraordinaire du comité central de ce parti. Il a été remplacé à ce poste par l'ex-vice-président Emmerson Mnangagwa.

    Dernières infos
    • Elections au Chili: les bureaux de vote ont ouvert
    • Séisme de magnitude 6,6 dans le Pacifique, l'épicentre à 69 km de la Nouvelle-Calédonie (USGS)
    • Kenya: au moins quatre personnes tuées dans un bidonville de Nairobi (police)
    • Inde: malgré le brouillard de pollution, le semi-marathon de Delhi a bien eu lieu
    • Zimbabwe: la ligue des jeunes de la Zanu-PF appelle Robert Mugabe à démissionner
    Amériques

    Charlottesville: un tweet d'Obama devient le plus aimé de l'histoire du réseau

    media Un message posté sur Twitter par l'ex-président américain Barack Obama est devenu le plus aimé de l'histoire du réseau social. MANDEL NGAN / AFP

    Une citation de Nelson Mandela tweetée le 13 août par Barack Obama au lendemain des violences à Charlottesville est devenue le message le plus aimé de l'histoire du réseau Twitter.

    « Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion », a écrit sur le réseau social le premier président noir des Etats-Unis, après qu'un sympathisant néonazi a tué une manifestante antiracisme la veille à Charlottesville, en Virginie. Ce 16 août, le tweet a été aimé 3,2 millions de fois et retweeté 1,3 million de fois.

    Le président Donald Trump a déclenché une vague d'indignation le 15 août en affirmant que la responsabilité des violences qui ont endeuillé Charlottesville devaient être cherchées du côté de l'extrême droite mais aussi de la gauche et des militants antiracistes qui s'y étaient affrontés.

    Ses propos contrastaient de manière saisissante avec la déclaration solennelle de la veille à la Maison Blanche au cours de laquelle il avait dénoncé des « violences racistes » inacceptables.

    Le président américain a commencé par avancer que sa première déclaration, très évasive, le 12 août s'expliquait par le manque d'informations dont il disposait. « Les événements venaient d'avoir lieu », a-t-il déclaré, pour justifier sa réaction.

    Volte-face

    Mais Donald Trump a ensuite justifié sa première approche. « Je pense qu'il y a des torts des deux côtés, a-t-il lancé. J'ai regardé de très près, de beaucoup plus près que la plupart des gens. Vous aviez un groupe d'un côté qui était agressif. Et vous aviez un groupe de l'autre côté qui était aussi très violent. Personne ne veut le dire ».

    « J'ai condamné les néonazis. Mais tous les gens qui étaient là-bas n'étaient pas des néonazis ou des suprémacistes blancs, loin s'en faut, a-t-il poursuivi. Il y avait des gens très bien des deux côtés ».

    Le sénateur Bernie Sanders, ancien candidat à l'investiture démocrate, a tweeté à l'adresse de Donald Trump : « Vous faites honte à notre pays et aux millions d'Américains qui se sont battus et sont morts pour vaincre le nazisme ».

    « La haine raciale a toujours existé en Amérique. Nous le savons, mais Donald Trump vient de la remettre à la mode », a lancé pour sa part la superstar du basket LeBron James.

    « Nous devons être clairs. La suprématie blanche est répugnante. Il ne peut y avoir aucune ambiguïté morale », a pour sa part tweeté Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants.

    Donald Trump a par ailleurs profité de cet échange avec les journalistes pour laisser entendre que Steve Bannon, son très controversé conseiller stratégique, pourrait bientôt quitter la Maison Blanche.

    Par ailleurs,dans le sillage de plusieurs patrons, le président du principal syndicat américain, l'AFL-CIO, a annoncé qu'il quittait à son tour un groupe conseillant le président américain sur l'économie.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.