GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: l'interview explosive de Bannon, le conseiller de Trump

    media Steve Bannon, le très controversé conseiller stratégique de Donald Trump, a fait de nouveau parler de lui, en livrant sa vision du monde au site American Prospect, clairement marqué à gauche. REUTERS/Joshua Roberts

    Steve Bannon, le conseiller stratégique de Donald Trump, est depuis quelques semaines dans une position particulièrement délicate en raison de ses liens avec l'extrême droite américaine et ses prises de position. Celui que les médias surnomment « l’homme qui murmure à l’oreille de Trump » ne compte pas renoncer à sa liberté de parole, en atteste cet entretien accordé à American Prospect, un site d'informations marqué à gauche. Steve Banon y fait part de ses désaccords avec le président.

    Les suprémacistes blancs sont des « clowns » et « des losers (...) à la marge » auxquels « les médias donnent trop d'importance ». Voici comment Steve Bannon a qualifié les auteurs des violences racistes de Charlottesville, au cours de l'entretien téléphonique accordé au rédacteur en chef d'American Prospect.

    Des propos inattendus de la part de l'ancien patron de Breitbart News. Un site d'information que Steve Bannon a utilisé pendant la campagne présidentielle de 2016 pour rallier les suffrages de ces groupes d'extrême droite.

    Par ailleurs, sur la Corée du Nord, Steve Bannon affiche son désaccord avec le président américain. Le conseiller stratégique estime, lui, qu'« il n'y pas de solution militaire » possible, car une guerre ferait peser un trop grand danger sur la population sud-coréenne.

    Contrairement à l'administration Trump, Bannon ne croit pas non plus à une solution du conflit négociée par l'intermédiaire des Chinois. Pour lui, il n'y a donc aucune raison de ménager Pékin, comme le font le Pentagone et le Département d'Etat.

    Considérant que la Chine et les Etats-Unis « sont en guerre économique », il prône des sanctions commerciales fortes.

    (Re) lire : Charlottesville: l’embarrassant soutien de Fields et des suprémacistes à Trump

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.