GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Renégociation de l’Alena: les Etats-Unis affichent leur fermeté d’entrée de jeu

    media Les représentants américains au Commerce dont Robert Lighthizer (c), lors d'une conférence de presse à l'ouverture des négociations de l'Alena, le 16 août 2017, à Washington. REUTERS/Aaron P. Bernstein

    Le Canada, les Etats-Unis et le Mexique ont entamé les négociations du délicat renouvellement de l’Alena, le traité de libre-échange nord-américain adopté en 1994. Ce premier round de discussions se tient à Washington jusqu'à dimanche. Le défi sera pour ces trois pays de trouver un terrain d’entente. Et ce n’est pas gagné car les premières déclarations des représentants aux négociations sont fermes surtout celles de l'administration Trump. Le président protectionniste a menacé plusieurs fois de quitter l'accord.

    D'entrée de jeu, Robert Lighthizer, le représentant américain au Commerce, a donné le ton. Il réclame d'importantes concessions de ses voisins afin de réduire le déficit commercial américain vis-à-vis de ses deux partenaires.

    En face, les représentants canadiens et mexicains, bien que dans la défensive, se sont montrés fermes eux aussi. Chrystia Freeland, la ministre canadienne du Commerce a rappelé que les échanges entre son pays et les Etats-Unis étaient presque équilibrés. Elle a dénoncé dans la foulée l’obsession de l’administration Trump sur la réduction du déficit commercial. Car la ministre ne considère pas les excédents et les déficits des échanges comme des indicateurs importants du bon fonctionnement d’une relation commerciale.

    Même son de cloche du côté du ministre mexicain de l'Economie, Ildefonso Guajardo. Il souhaite préserver les acquis de son pays et insiste pour accroître les échanges commerciaux et non les réduire.

    La mission semble donc impossible. Surtout que Donald Trump réclame un nouvel accord dès que possible, alors que ce type de négociations prend des années et non des mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.