GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: début des travaux de la Commission de vérité

    media Delcy Rodriguez, présidente de l'Assemblée nationale constituante et de la Commission de vérité, pendant une réunion de la Commission, le 16 août, à Caracas. REUTERS/Ueslei Marcelino

    La Commission de vérité, mise en place par l’Assemblée constituante, a commencé ses travaux mercredi 16 août. Elle a déjà décidé d’ouvrir une enquête à l’encontre des personnes impliquées dans les violences ces derniers mois. C’est ce qu’a annoncé Delcy Rodriguez, la présidente de l’Assemblée nationale constituante qui préside également la Commission de vérité. Une mesure qui pourrait écarter des candidats de l'opposition aux prochaines élections régionales prévues en octobre prochain.

    Le 10 août dernier, Diosdado Cabello, l’homme fort du régime et membre de l’Assemblée nationale constituante, avait annoncé qu’un certificat de bonne conduite serait demandé à chacun des candidats aux élections régionales.

    Désormais, la liste des candidats sera aussi passée au crible de la Commission de vérité, a déclaré Delcy Rodriguez, la présidente de l'Assemblée constituante et de cette commission.

    « Nous avons décidé d’envoyer une requête à la Commission nationale électorale pour qu’elle remette à la Commission de vérité la liste complète des candidats et candidates pour les postes de gouverneurs. Ceci pour déterminer si certains candidats sont impliqués dans des faits de violence qui auraient affecté la paix et la tranquillité publique. »

    La Commission de vérité a été mise en place pour faire la lumière sur les événements qui ont provoqué la mort de 125 personnes au cours des manifestations depuis le mois d’avril.

    Mais pour l’avocat constitutionnaliste Tulio Alvarez, seuls les tribunaux de justice sont habilités à juger des personnes : « Ça devrait s'appeler la commission du mensonge. Car son objectif, c'est de cacher la vérité. Elle n'a aucune compétence. Les commissions de vérité normalement se mettent en place lors de processus de justice transitionnelle. Mais au Venezuela, c'est une blague. C'est juste un mécanisme de persécution. »

    Les membres de la Commission ont commencé à examiner des photos et des vidéos des manifestations ainsi que les discours des leaders de l'opposition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.