GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La cour d'assises ordonne le renvoi du procès de Georges Tron «à une session ultérieure»
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    • Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens dans les Territoires
    • Pays-Bas: la police militaire tire sur un homme armé d'un couteau à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (police)
    Amériques

    Ex-procureure générale du Venezuela, la chaviste Luisa Ortega fuit en Colombie

    media Luisa Ortega, le 6 août 2017 à Caracas, Constitution de la République bolivarienne dans les mains. REUTERS/Ueslei Marcelino

    C'est une chaviste de la première heure, un pilier de la République bolivarienne. Mais elle est devenue la figure de proue de l'opposition face à ce qu'elle considère comme une dérive anti-démocratique de la présidence Maduro. L'ex-procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega s'est réfugiée en Colombie avec son mari, le député German Ferrer.

    Quelques heures après la confiscation des pouvoirs législatifs de l'Assemblée nationale, dont la majorité est hostile à Nicolas Maduro, au profit de l'Assemblée constituante fraîchement élue - et qui est pour sa part dévouée au président -, Luisa Ortega, dont les comptes avaient préalablement été gelés, a quitté son pays. L'ex-procureure générale du Venezuela avait elle-même été démise de ses fonctions par ladite Constituante au début du mois, le 5 août 2017.

    Discrétion des autorités colombiennes

    Elle a fini par prendre la fuite, direction la Colombie en passant par l'île caribéenne néerlandaise d'Aruba, alors qu'elle était interdite de sortie du territoire vénézuélien. Les autorités migratoires colombiennes ont confirmé que cette opposante farouche au président Maduro était arrivée à Bogota, « accompagnée de son mari le député German Ferrer » et de deux collaborateurs, « à bord d'un vol privé » selon le communiqué. Mme  Ortega aurait ensuite rempli les formalités des douanes.

    La magistrate n'a pas donné de conférence de presse et les autorités colombiennes sont elles aussi restées discrètes rapporte notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detoeuf. Bogota n’a pas précisé si Mme Ortega et son mari avaient demandé l’asile politique. Ou s’ils vont partir très vite pour les Etats Unis. Leur présence n'est pas faite pour faciliter les relations bilatérales, toujours délicates entre la Colombie libérale, fidèle alliée des Américains, et le Venezuela chaviste.

    Maduro impliqué dans le scandale Obebrecht selon Luisa Ortega

    Préalablement, vendredi, l'ex-procureure générale avait assuré dans un enregistrement audio diffusé lors d'un sommet de procureurs à Puebla, au Mexique, qu'elle détenait des preuves contre M. Maduro. Luisa Ortega accuse le président vénézuélien d'être impliqué dans le scandale Odebrecht.

    Sur son compte Twitter, Luisa Ortega avait également accusé des agents des services de renseignement d'avoir perquisitionné son domicile mercredi, après une demande d'arrestation de son mari, lui-même accusé de corruption. Le nouveau procureur général demande d'ailleurs la levée de l'immunité de M. Ferrer.

    → À relire : La procureure générale, le poil à gratter pour le pouvoir

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.