GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La Russie nomme un nouvel ambassadeur aux Etats-Unis

    media Le nouvel ambassadeur de Russie aux Etats-Unis, Anatoli Antonov, ici, en 2015, lors d'une conférence de presse à Moscou, alors qu'il était ministre russe de la Défense. REUTERS/Sergei Karpukhin/File Photo

    Anatoli Antonov est un diplomate chevronné, ex-vice-ministre des Affaires étrangères et ainsi que de la Défense. Il tentera de faire oublier Sergueï Kisliak accusé par les médias américains d'avoir conspiré pour faciliter l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

    Avec notre correspondante à MoscouMuriel Pomponne

    Anatoli Antonov n'aurait pas pu être nommé au Canada, ni dans l'Union européenne, ni en Ukraine, autant de pays où il figure sur la liste des personnalités russes sous sanction. Et cela au motif qu'il a « contribué à soutenir le déploiement des troupes russes en Ukraine » en tant que vice-ministre de la Défense entre 2011 et 2016, avant de réintégrer le ministère des Affaires étrangères.

    C'est un partisan loyal de la politique du Kremlin, qui a défendu sans faillir les rebelles pro-russes lors du crash de l'avion de la Malaysia Airlines en juillet 2014 en Ukraine.

    Tenant de la ligne dure vis-à-vis de l'Occident

    Anatoli Antonov est généralement considéré comme un tenant de la ligne dure vis-à-vis de l'Occident. Et c'est sans doute pour cela qu'il avait été choisi quand Hillary Clinton était favorite à la présidence des Etats-Unis.

    Mais c'est aussi un professionnel de la diplomatie, qui a conduit la délégation russe lors des pourparlers sur le nouveau traité START (Strategic Arms Reduction Treaty) signé en 2010 avec les Etats-Unis, sur la réduction des arsenaux nucléaires.

    Il parle couramment anglais et ses dernières déclarations laissent à penser qu'il est favorable à un apaisement dans les relations russo-américaines. « Un grand travail nous attend : nous sortir de ce bourbier », a-t-il déclaré, ajoutant, « mais cela ne veut pas dire céder aux Etats-Unis ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.