GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Affaire Volkswagen: aux Etats-Unis, un ex-ingénieur écope de 40 mois de prison

    media Un autre responsable, plus gradé, Oliver Schmidt, sera fixé sur son sort le 6 décembre prochain. REUTERS/Mike Blake/File Photo

    C'est fin 2015 que le constructeur Volkswagen s'est fait pincer par une ONG pro-environnement pour avoir violé les contrôles anti-pollution américains en équipant certains de ses véhicules d'un logiciel qui minimisait le niveau réel des émissions de gaz nocif. Volkswagen a dû payer plus de 20 milliards de dollars d'amende aux Etats-Unis et a rappelé environ 600 000 voitures. L'un des responsables de ce qui avait été baptisé du nom de « dieselgate » vient de connaitre son sort.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    James Liang, 63 ans, ex-ingénieur de Volkswagen a été condamné par un tribunal de Détroit à 40 mois de prison et une amende de 200 000 dollars. Il échappe néanmoins à la peine maximale : cinq ans de prison et 250 000 dollars d'amende, son avocat ayant fait valoir qu'il avait collaboré avec la justice, permettant l'inculpation d'autres dirigeants du groupe.

    Sept responsables jugés

    Liang, qui pourra faire appel de sa sentence, est le premier de sept responsables du scandale à être jugés. Il avait plaidé coupable.

    Il faisait partie d'une équipe d'ingénieurs qui avaient mis au point en 2006 un moteur diesel destiné au marché américain. S'apercevant qu'il ne satisferait pas les normes anti-pollution, ils avaient conçu un logiciel capable de masquer ces dépassements.

    Sept ans de mensonge

    De 2009 à 2016, Liang et ses collègues ont menti aux autorités en déclarant que leur moteur répondait aux conditions requises. Un autre responsable, plus gradé, Oliver Schmidt, sera fixé sur son sort le 6 décembre. Il risque sept ans de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 400 000 dollars.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.