GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Venezuela: l'Assemblée constituante approuve un décret pour juger les «traîtres»

    media Le président du Venezuela Nicolas Maduro lors de son allocution donnée au Palais de Miraflores, le 1er mai 2017. Reuters/Miraflores Palace/Handout

    Au Venezuela, les membres de l’Assemblée constituante, qui détiennent désormais les pleins pouvoirs, ont approuvé un décret qui doit permettre de juger pour « trahison à la patrie » les opposants qui ont encouragé les sanctions financières des Etats-Unis à l’encontre de la République bolivarienne. Cette décision représente un pas supplémentaire dans l’offensive des autorités de Caracas contre l’opposition. Dans son dernier rapport, le Haut commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU accuse par ailleurs le pouvoir d'utiliser systématiquement la force pour « instiller la peur parmi la population ».

    Un décret adopté par l'Assemblée constituante vénézuélienne doit permettre de juger « ceux qui ont encouragé des actions immorales contre les intérêts du peuple vénézuélien ». Les responsables politiques qui ont soutenu ou appelé à des sanctions financières contre le pays sont tout particulièrement visés.

    Ces sanctions, imposées par le président américain Donald Trump le 25 août dernier, risquent d’aggraver la crise au Venezuela. Déjà très mal en point, l'économie du pays subit une inflation estimée à 650 % sur les douze derniers mois.

    Enquêtes immédiates

    Le Code pénal prévoit des peines allant de 20 à 30 ans de prison en cas de « trahison ». Si le décret approuvé ce 29 août ne mentionne aucun nom, des figures de l’opposition ont été directement visées lors des débats, comme le président du Parlement Julio Borges et son vice-président Freddy Guevara.

    Ces deux leaders politiques étaient en première ligne lors des manifestations quotidiennes entre le mois d’avril et la fin du mois de juillet. Comme les autres membres de la coalition de l’opposition, ils avaient apporté leur soutien à l’initiative américaine, le 27 août dernier. Les enquêtes pour trahison devraient débuter de manière immédiate, comme l’a réclamé l’Assemblée constituante en s’adressant à tous les services de l’Etat.

    Avertissement de l'ONU

    Par ailleurs, pour la deuxième fois en moins d'un mois, le Haut-commissariat des Nations-Unies aux droits de l'Homme tire la sonnette d'alarme sur la situation au Venezuela, rapporte notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche.

    La première fois, l'organisme onusien avait condamné les méthodes expéditives du régime vénézuélien. Cette fois, le haut commissaire va plus loin. Dans son dernier rapport, le Jordanien Zeid Ra'ad al Hussein dénonce une répression des opposants érigée en politique par Caracas.

    Arrestations arbitraires, passage à tabac, menace de viol... Des groupes d'opposants sont eux aussi accusés d'utiliser la violence mais pas avec la même ampleur : cinq morts leurs sont attribués contre 73 pour les forces de sécurité et les milices progouvernementales sur les 124 liées aux violences.

    Le président Nicolas Maduro a bien été élu par le peuple, a rappelé le haut commissaire. Mais les récentes actions du gouvernement montrent, selon lui, que ce qu'il reste de la vie démocratique au Venezuela est en train d'être écrasé.

    « On parle de plus de 5 000 personnes arrêtées et détenues de manière arbitraire en raison de leur participation aux manifestations, qui ont aussi subi des mauvais traitements qui ont pris la forme de cas de torture dans certains cas,  explique Mara Steccazzini, experte au Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, au micro de Tom Umbdenstock. Cela s'inscrit dans une violation répétée et systématique de la liberté de réunion, mais aussi de la liberté d'expression. Et cela continue. Au mois d'août, qui se situe hors de la période sur laquelle se base notre rapport, dix médias ont été fermés, six radios et quatre chaînes de télévision. En dehors des manifestations, la répression étatique est là et continue ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.