GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Dengue: au Brésil, les autorités prennent les moustiques à leur propre jeu

    media Cette chercheuse brésilienne inspecte des larves de moustiques Aedes aegypti dotées de la bactérie Wolbachia. Rio de Janeiro, le 29 août 2017. REUTERS/Pilar Olivares

    A Rio de Janeiro, des moustiques sont chargés de chasser d'autres moustiques. Une bactérie du nom de Wolbachia est en effet transmise à l'Aedes aegypti, principal vecteur de la dengue, et permet de réduire le risque de transmission de maladies tropicales. Explications.

    Avec notre correspondant au Brésil,  Martin Bernard

    Au début, ils n’étaient que quelques milliers. Aujourd’hui, ils se comptent par millions. Il s’agit de moustiques porteurs d’une bactérie, la Wolbachia, qui permet de réduire la transmission du virus de la dengue, une maladie tropicale qui se répand d’ordinaire très vite dans les grands centres urbains.

    Les recherches ont démarré il y a plusieurs années, mais cette fois, ce sont plus de 1 million et demi de moustiques porteurs de la bactérie qui ont été pulvérisés dans le quartier de l’île du Gouverneur, à Rio.

    Les autorités sanitaires veulent rester vigilantes

    L’espoir, c’est qu’en se reproduisant, les moustiques porteurs de cette bactérie ne transmettront plus aux humains des maladies comme la dengue, qui est la plus répandue au Brésil, mais aussi le chikungunya ou la fièvre zika, parfois responsables de malformations congénitales.

    Après plusieurs épidémies mortelles, ces maladies paraissent déjà sur le déclin depuis plusieurs mois. Mais les autorités sanitaires ne veulent pas crier victoire trop vite, et appellent avant tout la population à rester vigilante face aux moustiques, qu’ils soient porteurs ou non de la nouvelle bactérie.

    → À (re)lire aussi  : OX513A, le moustique OGM qui doit éradiquer l’Aedes Aegypti (autre technique pour éradiquer les moustiques infectés: le lâcher de moustiques génétiquement modifiés)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.