GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    Amériques

    Scandale Petrobras: six membres du parti présidentiel inculpés pour corruption

    media Le sénateur et président du parti présidentiel PMDB Romero Juca est l'une des six personnes inculpées pour corruption vendredi 8 septembre 2017. ANDRESSA ANHOLETE / AFP

    L'étau se resserre autour du président brésilien Michel Temer dans le tentaculaire scandale de corruption Petrobras. Vendredi 8 septembre, le procureur général du pays a inculpé six membres du PMDB, le Parti du mouvement démocratique brésilien, auquel appartient le chef de l'Etat.

    Cinq sénateurs, dont le président du PMDB Romero Juca, et un ancien chef d'Etat, José Sarney, sont poursuivis pour corruption. Le procureur général du Brésil les soupçonne d'avoir illégalement reçu 864 millions de réals (environ 232 millions d'euros). Mais les six accusés, proches du président Michel Temer, ne se seraient pas seulement enrichis personnellement ; ils auraient aussi causé des pertes colossales à l'Etat : 5,5 milliards de réals à la compagnie pétrolière Petrobras, et 113 millions à sa filiale Transpetro.

    Le PMDB a rétorqué que le procureur général manquait de preuves contre les sénateurs et s'est dit confiant que ces inculpations allaient être rejetées par la Cour suprême.

    Mais force est de constater que le président brésilien lui-même reste sous la menace imminente d'une nouvelle mise en accusation. Le mois dernier, Michel Temer a déjà échappé à des poursuites pour corruption, en bénéficiant de l'appui d'un tiers du Congrès qui a voté contre son inculpation.

    Le procureur général dispose toutefois d'autres éléments à charge contre le président et pourrait les publier sous peu. Michel Temer le sait et a déposé un recours devant la Cour suprême pour empêcher le procureur d'émettre de nouvelles mises en accusation le concernant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.