GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Clémence Botino, Miss Guadeloupe, désignée Miss France 2020
    Amériques

    Pérou: des militaires jugés pour le massacre de la prison d'El Fronton en 1986

    media Mausolée où se trouvent des tombes de membres de la guérilla du Sentier lumineux tués en 1986 pendant une mutinerie à la prison de l'île d'El Froton. ERNESTO BENAVIDES / AFP

    Au Pérou s’est ouvert ce vendredi 8 septembre le procès de 35 militaires accusés d’avoir assassiné plus de 100 prisonniers liés au groupe terroriste Sentier lumineux. Les faits remontent à plus de trente ans, les 18 et 19 juin 1986, quand le gouvernement avait envoyée l’armée pour mater le soulèvement de la prison El Fronton. Le président de l’époque Alan Garcia est appelé à témoigner.

    Le 18 juin 1986, le président péruvien Alan Garcia préside l’ouverture du congrès de l’Internationale socialiste à Lima. C’est le moment que choisissent des détenus membres de la guérilla du Sentier lumineux pour se mutiner dans trois pénitenciers : celui de San Juan de Lurigancho, celui d’El Fronton, et la prison pour femmes de Santa Monica. Ils prennent des otages et exigent la libération de 500 prisonniers.

    Les négociations n’aboutissent pas, le gouvernement envoie l’armée, c’est la Marine qui mène l’assaut sur la prison d’El Fronton. 133 prisonniers sont tués. Selon le rapport de la Commission péruvienne de la vérité, les militaires ont exécuté d’une balle dans la nuque un « nombre indéterminé » de détenus qui s’étaient rendus.

    Selon une commission parlementaire, l’armée aurait agi de la même manière lors de l’assaut mené la même nuit sur la prison de Lurigancho. 31 ans après, le procès de l'assaut d'El Fronton s’ouvre enfin.

    L’accusation demande des peines allant de 25 à 35 ans de prison pour les marins, et que soient versés plus d’un million et demi de dollars aux familles des victimes. Elle demande aussi que soient entendues 80 personnes qui ont participé à la mutinerie, pour qu’elles témoignent de la violence des militaires. L’ancien président Alan Garcia et plusieurs membres de son gouvernement sont aussi appelés à comparaître.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.