GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Septembre
Jeudi 21 Septembre
Vendredi 22 Septembre
Samedi 23 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 25 Septembre
Mardi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Ouragan Irma: la Floride déclarée en état de catastrophe naturelle

    media Le quartier de Brickell sous les eaux après le passage de l'ouragan Irma, le 10 septembre. REUTERS/Stephen Yang

    L'oeil du gigantesque ouragan Irma a touché terre dimanche en Floride à Marco Island, dans l'ouest, à 19H35 TU. Alors classé en catégorie 3, sur une échelle de 5, il a ensuite été rétrogradé en catégorie 2. Alors que le calme revient petit à petit Miami, la baie de Tampa, sur la côte ouest de l'Etat, est considérée comme la zone la plus vulnérable aux Etats-Unis. Donald Trump a déclaré la Floride en état de catastrophe naturelle.

    A Miami, le vent s’est nettement atténué même s’il continue de souffler parfois par très fortes bourrasques. La pluie, elle, cesse progressivement, constate notre envoyée spéciale en Floride, Anne Corpet. Les rues sont jonchées de branches d’arbre et certains palmiers sont littéralement décapités. Certaines rues sont totalement inondées. C’est notamment le cas de la Brickell Avenue, sous les eaux.

    Le couvre-feu est toujours en vigueur et les contrevenants s’exposent à 500 dollars d’amende et jusqu’à 60 jours de prisons. Ce qui n’a cependant pas empêché notre journaliste de rencontrer deux joggers profitant de l’accalmie pour prendre l’air après avoir passé la journée entièrement confinés chez eux, comme la grande majorité des habitants de la ville.

    L’ouragan a été beaucoup moins violent qu’initialement prévu. « Ici c’est fini » a déclaré l’un d’entre eux, plutôt soulagé, et d’ajouter « il ne reste plus que les inondations ». L’ensemble des dégâts reste à évaluer. Si Miami a été relativement épargnée, on s’inquiète en revanche pour les Keys, cet archipel situé à la pointe méridionale de la Floride. Les îles ont été submergées par les eaux. Le niveau de la mer y est montée de près de 3 mètres.

    Irma se dirige maintenant vers Tampa, la ville de la côte occidentale de la Floride, beaucoup moins préparée que Miami à faire face aux éléments déchaînés. Mais l’ouragan a été rétrogradé en catégorie 2 et a donc perdu de sa vigueur. Ce qui laisse espérer des dommages limités.

    Tampa, située sur la côte ouest de la Floride, attend l'arrivée de l'ouragan Irma, le 10 septembre 2017. JIM WATSON / AFP

    La situation à 21h TU

    Après avoir touché terre en Floride, Irma est passé en catégorie 2, annonce le Centre américain des ouragans. L'ouragan, qui se trouve désormais à une dizaine de kilomètres au nord de la ville de Naples, se dirige tout droit vers le nord de la péninsule à une vitesse de 22 km/h. La dépression, qui affiche encore des vents de 175 km/h ressentis dans un rayon de 130 km de l'oeil, devraient provoquer de graves inondations.

    Donald Trump a déclaré l'état de catastophe naturelle pour la Floride, permettant ainsi de débloquer des moyens supplémentaires pour venir en aide à la péninsule frappée par le gigantesque ouragan. Le président américain a également annoncé qu'il se rendra « très vite » dans cet Etat du sud-est des Etats-Unis.

    La situation à 19h TU

    L'ouragan Irma a été rétrogradé en catégorie 3. Il devrait cependant rester une dépression extrêmement dangereuse dans les jours à venir, prévient le Centre américain des ouragans (NHC). A 18h, Irma se trouvait à 55 km au sud de Naples, sur la côte ouest de la Floride et se déplaçait à 19 km/h plein nord avec des vents de 195 km/h.

    Ainsi, plus au nord, la ville de Tampa se prépare à affronter le pire ouragan qu'ait jamais connu la Floride. « Irma devrait nous frapper vers deux heures du matin », indique Lucas Mieses, un habitant joint par RFI. « Les gens se sont sentis vraiment concernés, parce qu’ils ont vu ce qui s’est passé dans le Texas, raconte-t-il. Nous, on a invité des familles qui vivent dans des mobile-home, et qui étaient donc très vulnérables. On a donc trois familles qui vivent dans ma maison en ce moment. On s’est préparés : on a de l’eau, on a acheté toute la nourriture nécessaire pour tenir trois jours. »

    Dans cette ville située dans une baie, la principale crainte est celle de la montée des eaux provoquée par l'ouragan. « Les gens sont très préoccupés, à cause de cette nouvelle direction qu’a prise l’ouragan, rapporte Lucas Mieses. Beaucoup de gens ont quitté Miami et sont venus à Tampa en espérant se protéger, mais la situation a changé et maintenant c’est ici que ça va frapper »

    Tampa pourrait être frappée par une marée de tempête, souvent le phénomène le plus meurtrier pendant un ouragan. Or la ville abrite aujourd'hui 3 millions d'habitants, dont la moitié vit à seulement trois mètres au-dessus du niveau de la mer. A 15h TU, le NHC prévoyait une montée des eaux entre 1,50 m et 2,40 m. Le gouverneur de Floride, lui, évoque une élévation entre 3,00 m et 4,60 m.

    La situation à 17h TU

    Les vents ne cessent de se renforcer à Miami. Une grue s'est brisée ce matin et s'est effondrée sur le toit d'un immeuble en construction. Il y a quelques minutes, une explosion a retentit lorsqu'un débris a percuté deux câbles de lignes à haute tension, rapporte notre envoyée spéciale, Anne Corpet.

    Une grue s'effondre sur un bâtiment lors du passage d'Irma aux abords de Miami, en Floride, le 10 septembre 2017. REUTERS/Carlos Barria

    ■ La situation à 14h TU

    Le vent souffle déjà fort à Miami, où se trouve notre envoyée spéciale, Anne Corpet. Les palmiers tanguent sévèrement sous une pluie constante. Beaucoup de branches cassées courent sur le sol. L’eau coule sur la chaussée et commence à déborder sur les routes du bord de mer.

    Plus personne ne s’aventure dehors. Les habitants ont reçu un code d’alerte rouge, celui qui signale l’approche d’une tornade. Dans la baie, les vagues sont aplaties par la force du vent. Un habitant joint par téléphone indique que les rez-de-chaussée des bâtiments de l’île Normandy, à Miami Beach, commencent à être inondés. La compagnie locale d’électricité annonce que plus d’un million de ses clients sont désormais privés de courant.

    Irma est encore à plus de 150 km, elle a touché terre il y a deux heures au sud de l’archipel des Keys où les rafales atteignent 215 km/h. L’ouragan progresse lentement et semble continuer sa route vers le nord-ouest. Les autorités déconseillent formellement de sortir avant demain lundi. Irma a déjà fait trois victimes en Floride ce week-end, tuées dans des accidents de la circulation.

    Miami attend toujours l’arrivée de l’ouragan Irma. « Le pire est à venir », ne cessent de répéter les autorités qui renouvellent constamment les appels à la prudence.

    ■ La situation à 13h TU :

    Irma a atteint les Keys, un petit archipel situé à l'extrême sud de la Floride. Les vents y soufflent à plus de 210 km/h. Le mur de l'œil de l'ouragan - là où les vents sont les plus forts - a touché la pointe sud de l'archipel des Keys, a indiqué le NHC dans un communiqué à 11h TU.

    Durant la matinée, ce dimanche, la vitesse de déplacement de l'ouragan a diminué. Ce qui n'est pas une bonne nouvelle, car Irma risque ainsi d'avoir plus de temps pour se renforcer encore davantage dans les eaux chaudes situées au large de la Floride.

    La marina de South Beach, à Miami, au moment où l'ouragan Irma touchait le sud de la Floride, le 10 septembre 2017. REUTERS/Carlos Barria

    Inondations

    Ce qui est particulièrement dangereux dans les heures à venir, c'est l'élévation du niveau de la mer. Le cyclone Irma pousse en effet devant lui d'énormes masses d'eau. Des vagues de cinq mètres ont frappé les îles des Keys. Et les rafales de vent ont été calculées à 215 km/h.

    Les Keys, une langue de terre très basse, avaient déjà été aux trois-quarts détruites par l'ouragan Donna il y a 57 ans jour pour jour, le 10 septembre 1960.

    A cause de la rotation de l'ouragan Irma, ces masses d'eau provoqueront probablement d'importantes inondations, d'abord sur la côte est de la Floride, du côté de Miami, puis sur la côte ouest. C'est par là que l'œil d'Irma monte finalement vers le nord.

    Irma a atteint la Floride dimanche après avoir balayé Cuba et les Antilles, où il a fait au moins 24 morts et des dégâts considérables.

    Importants dégâts à Cuba

    Les violentes rafales de l'ouragan Irma ont balayé dans la nuit La Havane et ses deux millions d'habitants, provoquant d'importantes inondations et l'interruption de l'alimentation électrique. Une rue de La Havane le 10 septembre 2017. YAMIL LAGE / AFP

    Les premiers bilans font état de dégâts matériels très importants, aucun décès n'a été recensé officiellement. L'ouragan a abordé Cuba samedi à 3H TU avec des rafales de 260 km/h, selon le NHC. Les provinces de Camagüey et de Ciego de Avila, au centre de Cuba, ont été particulièrement atteintes. C'est là qu'Irma a touché terre samedi avec des vents soufflant à plus de 260 km/h.

    Ensuite, La Havane a été frappée à son tour. Des vagues impressionnantes de 9 mètres se sont abattues sur le Malecon, l'emblématique front de mer de la capitale cubaine, provoquant des inondations importantes. Et ce n'est pas encore fini. La Havane et les provinces voisines devraient continuer à subir les effets d'Irma jusqu'à ce dimanche après-midi, heure locale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.