GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 23 Novembre
Vendredi 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Opérations d'évacuation Irma: le gouvernement Trudeau très critiqué

    media Le gouvernement de Justin Trudeau a été fortement critiqué pour sa gestion de l'après-Irma (photo datée de 2015). REUTERS/Chris Wattie

    Le Canada subit les effets indirects de l’ouragan Irma qui a ravagé les Antilles. Les touristes qui ont l’habitude de fréquenter les plages des Iles Vierges, de Saint-Martin ou de Cuba ont eux aussi subi le passage de cet événement climatique extrême. Et nombreux sont ceux qui blâment le gouvernement canadien pour sa lenteur à réagir à cette catastrophe.

    De notre correspondante à Montréal,

    Les voyageurs reprochent aux autorités de leur pays son manque de communication, et le peu de moyens déployés pour venir à leur secours. Dès que la météo a identifié les zones des Antilles qui risquaient d’être touchées de plein fouet par Irma, certains voyageurs ont tenté de prendre un vol pour s’échapper de Varadero à Cuba ou de Saint-Martin. En vain, car les vols commerciaux affichaient déjà complets. Par la suite, les Canadiens coincés sur leur lieu de vacances dévasté par l’ouragan ont trouvé très peu d’informations auprès du gouvernement canadien.

    Les proches, restés au Canada, avaient beau téléphoner sans relâche au ministère des Affaires internationales, le message restait le même : « Protégez-vous et contactez votre compagnie aérienne ». Dès que la situation l’a permis, Air Canada, Sunwing, et Air Transat ont justement affrété de nouveaux vols. Plus de 1 600 touristes ont retrouvé leur domicile au Canada après plusieurs jours d’angoisse. Tout en écorchant au passage leur gouvernement pour ne pas avoir envoyé des avions militaires comme l’ont fait les États-Unis.

    Le gouvernement canadien fait le point

    La ministre du Développement international reconnaît que les autorités auraient pu mieux communiquer avec les voyageurs. Marie-Claude Bibeau promet de tirer des leçons de cette histoire. Par ailleurs, son homologue des Affaires étrangères fait valoir que le gouvernement canadien a déployé énormément d’efforts pour tenter de rapatrier le plus possible de citoyens. Chrystia Freeland a par exemple contacté personnellement le haut commissaire britannique et le ministre britannique des Affaires étrangères pour permettre à un avion d’Air Canada de décoller des îles Turques-et-Caïques, au nord d’Haïti, même si l’aéroport n’était pas opérationnel à 100%. Les voyageurs canadiens ont donc pu quitter l’île, pourtant ravagée par Irma.

    Aide humanitaire et aide à la reconstruction

    Les avions commerciaux qui sont allés chercher des voyageurs canadiens ont transporté à leur bord du matériel humanitaire. Tout comme l’avion cargo C17 affrété par l’armée pour fournir des vivres, des vêtements et autres denrées aux Antilles françaises. Un navire militaire canadien fait également route vers cette région. Après le rapatriement, place donc à l’aide à la reconstruction.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.