GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Répression en Argentine: 6 condamnations pour crime contre l'humanité

    media Salle du tribunal de Tucuman où étaient jugés plusieurs policiers et militaires reconnus coupables pour une partie d'entre eux de crime contre l'humanité, le 15 septembre 2017. Julio PANTOJA/TELAM/AFP

    Six anciens policiers militaires ont été condamnés à la perpétuité vendredi 15 septembre dont Roberto Albornoz, qui fut chef de la police de Tucumán pour la répression exercée dans la région par l’armée de 1975 à 1983. Dix-sept personnes étaient poursuivies dans cette affaire et sept ont été acquittées. Un verdict accueilli avec émotion par les proches des victimes présentes dans le tribunal de Tucuman.

    Le jugement énoncé vendredi met un terme à une affaire jugée depuis 15 mois et qui concerne 266 cas de crimes contre l'humanité. Parmi les 17 autres prévenus dans ce dossier, sept ont été acquittés et quatre ont écopé de peines de 4 à 18 ans de prison.

    Quelque 400 témoins ont été entendus, dont les proches des victimes parmi lesquels des femmes enceintes dont les enfants sont toujours recherchés par les associations de recherche de disparus comme les mères et grands-mères de la Place de mai.

    Le verdict a été salué par les familles des victimes comme Pablo Jaroslavsky, fils de Máximo Eduardo Jaroslavsky, médecin cardiologue disparu en 1975 alors qu'il venait de rendre visite à un patient nous raconte son fils. « Mon père a disparu il y a 42 ans, aussi avoir une sentence 42 ans pour sa disparition, c’est très important ! », même s'il exprime des réserves sur l'importance des acquittements. Et parmi les condamnés à perpétuité figure Roberto Albornoz, chef de la police de Tucumán en 1975.

    Dans cette région de Tucumán étaient implantées plusieurs organisations d'extrême-gauche contre lesquelles les gouvernements de l'ex-présidente Isabel Perón (1974-1976), puis ceux de la dictature argentine (1976-1983), vont déployer les grands moyens y compris l'armée.

    « C'est un cas unique en Argentine, avec une occupation militaire au sein-même du pays, car l'armée s'est installée dans le sud de la province de Tucuman comme s'il s'agissait d'une occupation dans une nation étrangère », a expliqué à la presse le procureur en charge du dossier, Pablo Camuña. Les avocats défendant les militaires poursuivis ont eux argué du décret présidentiel qui évoquait « l'anéantissement d'éléments subversifs », comme justification de cette opération militaire rapporte l'AFP.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.