GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Aujourd'hui
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brésil: dépôt de la candidature du prisonnier Lula à la présidentielle (parti)
    Amériques

    Etats-Unis: la très lucrative conférence de Barack Obama à Wall Street

    media L'ancien président américain Barack Obama participant à un débat sur l'engagement citoyen des jeunes le 24 avril 2017 à Chicago. REUTERS/Kamil Krzaczynski

    Lundi prochain 25 septembre, l’ancien président américain Barack Obama sera la vedette d’une conférence réunissant le gratin de l’industrie de la santé à Wall Street. Pour deux heures de discours et de questions-réponses, Barack Obama touchera 400 000 dollars – l’évènement est organisé par la banque d’investissement Cantor Fitzgerald. Tout cela ne devrait pas manquer de faire grincer quelques dents : lors de la dernière présidentielle la candidate Hillary Clinton avait été très attaquée pour ses interventions rémunérées.

    Ce n’est pas la première fois que Barack Obama emprunte le circuit des interventions rémunérées, déjà bien rodé par d’autres anciens chefs d’Etat ou de gouvernement : Tony Blair pour la Grande-Bretagne, Nicolas Sarkozy pour la France, et aussi Bill Clinton pour les Etats-Unis, sans oublier quelques vice-présidents américains.

    De son côté, depuis son retour à la vie civile, Barack Obama a déjà été payé pour des interventions en Italie, en Allemagne, en Ecosse, au Canada, en Indonésie, en Corée du Sud. Et évidemment aux Etats-Unis, où il aurait par exemple touché 400 000 dollars pour sa prestation lors d’un sommet organisé par la banque Northern Trust, plus précisément par sa « division de gestion des grosses fortunes ».

    Deux millions de dollars pour aider les jeunes

    Hillary Clinton avait été sévèrement critiquée lors de sa campagne pour ces mêmes pratiques, qu’elle a depuis regrettées, estimant qu’elles avaient pu donner l’impression que la candidate démocrate était dans la poche des grands groupes. Du côté de Barack Obama, on souligne que ces interventions rémunérées lui ont permis de verser deux millions de dollars à un programme d’aide des jeunes de Chicago.

    Mais à l’heure où le parti démocrate cherche une nouvelle direction, et où son aile gauche semble prendre de l’importance, la réputation du premier président noir des Etats-Unis pourrait être ternie chez des militants pour qui il représente toujours une autorité morale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.