GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: vote mardi 24 octobre du Conseil de sécurité sur l'enquête sur les armes chimiques (diplomates)
    • Niger: l'armée américaine poursuivra ses opérations malgré l'embuscade (Pentagone)
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    Amériques

    Etats-Unis: Obama défend l'Obamacare, menacé par un nouvel assaut républicain

    media Barack Obama à New York, le 20 septembre 2017. REUTERS/Elizabeth Shafiroff

    Les sénateurs républicains tentent de faire passer leur nouveau projet de loi sur la couverture maladie afin de reléguer l’Obamacare aux oubliettes. Ce matin à New York, Barack Obama s’est fendu d’un commentaire à ce sujet. L’ancien président américain a estimé que l’adoption du projet de loi serait un recul pour les Américains.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

    Pour des raisons de procédure, le texte défendu par les Républicains doit être soumis au vote avant la fin de la semaine prochaine. Il faut 50 voix au Sénat pour faire passer ce projet. Or, le parti ne dispose que de 52 sièges à la chambre haute.

    Un sénateur conservateur, Rand Paul, a déjà déclaré qu’il s’y opposerait, car pour lui, le texte ne va pas assez loin. Trois autres sénateurs républicains hésitent. La partie n’est donc pas gagnée pour le camp républicain, mais il reste possible que le texte passe dans cette tentative de la dernière chance, après leur échec en juillet dernier.

    Suffisamment de chance, en tout cas, pour pousser Barack Obama à prendre la parole et dénoncer cette volonté de détricoter l'oeuvre de ses huit années à la Maison Blanche.

    « Quand je vois des gens tenter, pour la cinquantième ou la soixantième fois (rires), de détruire une loi qui a apporté des progrès avec un projet qui va augmenter les coûts pour réduire la couverture maladie, retirer une protection sociale aux Américains les plus âgés, à ceux qui ont des maladies chroniques, aux survivants du cancer, aux femmes enceintes, aux enfants autistes ou qui ont de l’asthme.. pour qui l’assurance maladie sera inaccessible. C’est un recul », a déploré l'ancien président.

    « Tout ceci est proposé sans argument économique valable, ni aucun bon sens, sans argument rationnel. C’est frustrant !, a martelé Obama. Et c’est frustrant de devoir se mobiliser tous les deux mois pour empêcher nos responsables d’infliger de réelles souffrances à nos concitoyens. Mais c’est comme ça qu’on fait des progrès ! »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.