GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Ingérences russes: Facebook va coopérer avec le Congrès sur l'enquête

    media Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, a annoncé avoir demandé à ses équipes de fournir au Congrès les publicités liées à la Russie. REUTERS/Stephen Lam

    Facebook va fournir au Congrès américain les informations sur des publicités liées à la Russie et émises sur sa plateforme pendant la campagne électorale. Le patron du réseau social a fait cette annonce deux semaines après avoir révélé que près de 500 comptes russes avaient payé pour émettre des publicités pendant la campagne présidentielle américaine.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

    « Imaginer que Facebook a pu servir à favoriser l’arrivée de Donald Trump au pouvoir est une idée complètement folle », déclarait le patron de la plateforme au lendemain de l’élection présidentielle américaine.

    Mais après une enquête interne, Mark Zuckerberg l’a finalement reconnu : 100 000 dollars ont été dépensés par des comptes liés à la Russie pour publier des annonces mettant en avant de fausses informations pendant la campagne électorale. Certains ont même organisé des manifestations hostiles à la candidature d’Hillary Clinton.

    Devant la pression du Congrès, le fondateur de Facebook a plié. Il va procurer à la commission d’enquête du Sénat toutes les informations liées à ces publicités.

    « Je me soucie profondément du processus démocratique et de la protection d’intégrité. Je ne veux pas que quiconque puisse utiliser nos outils pour saper la démocratie. Nous travaillons activement avec le gouvernement américain dans le cadre de son enquête sur les ingérences russes », affirme Mark Zuckerberg.

    Le fondateur de Facebook l’admet, il est impossible d’empêcher toutes les personnes mal intentionnées d’agir sur sa plateforme. Le vice-président de la commission d’enquête du Sénat a estimé en début de semaine que les Russes continuaient d’interférer sur la vie politique américaine via les réseaux sociaux.

    (Re) lire : Ingérences russes: le procureur enquête sur les activités de Donald Trump

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.