GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Au Mexique, le temps presse pour sauver les personnes encore ensevelies

    media A l'école Enrique-Rebsamen, un secouriste ferme le poing et demande silence, signe qu'une victime est probablement en train de communiquer avec l'extérieur, sous les tonnes de gravas. REUTERS/Jose Luis Gonzalez

    Quarante-huit heures après le puissant tremblement de terre qui a secoué Mexico et le centre du pays, les recherches se poursuivent. Elles visent à trouver des survivants ou à dégager des corps sans vie ensevelis sous les décombres. Selon le président Peña Nieto, il pourrait encore y avoir des personnes en vie dans dix des trente-huit édifices qui se sont effondrés à Mexico. Mais au fur et à mesure des heures qui passent, les chances de retrouver des survivants s’amenuisent.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick-John Buffe

    Un bras levé et le poing fermé. Dans les zones sinistrées où pourraient se trouver des survivants, ce geste des secouristes est devenu un rituel et un signe d’espoir. Il indique à tous ceux qui sont présents qu’il faut faire silence absolu afin que les équipes de secours puissent percevoir des bruits qui pourraient indiquer la présence d’une personne en vie.

    Ce protocole s’avère fondamental car la recherche de survivants est devenue une course contre la montre. C’est ce qu’a démontré ce jeudi les opérations de sauvetage d’un homme de 35 ans. Durant des heures, les secouristes ont tenté d’extraire des décombres celui qui avait pu communiquer avec l’extérieur dès mardi. Mais lorsqu’ils ont enfin pu atteindre l’endroit où il se trouvait, il était déjà trop tard.

    Quant à l’école qui s’est effondrée au sud de la ville, là aussi le temps presse. Après deux jours d’efforts, la personne qui se trouverait sous les gravats n’a toujours pas pu être sauvée. Mais selon les autorités, il ne s’agirait pas d’une élève comme on le croyait jusqu’alors. En revanche, elles ont confirmé qu’il existe bien des indices selon lesquels il y aurait encore un adulte en vie sous les décombres.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.